[Politique] Le jeu trouble du MRC

Au moment où l’on s’attend à ce que les leaders politiques camerounais dénoncent avec fermeté, les attaques perpétrées contre les éléments des forces nationales de sécurité et de défense et les populations civiles par des bandes armées sécessionnistes à Galim par Mbouda, région de l’Ouest et à Bamenda dans le Nord Ouest, le comportement des responsables de certains petits partis politiques à l’instar du Mouvement pour la Reconnaissance du Cameroun (MRC), étonne plus d’un. Curieusement, le MRC lui dénonce plutôt les «provocations policières» contre son leader, Maurice Kamto et ses lieutenants. Selon un communiqué du secrétaire général du MRC, Christopher Ndong, ces pratiques sont notamment consécutives à la tournée de leur leader dans la diaspora. L’auteur du communiqué crie à une injustice du régime de Yaoundé . La sortie comique de Christopher Ndong Cette déclaration est faite sans arguments et preuves des allégations avancées. L’on se rend bien compte que le collaborateur de Maurice Kamto dans le cadre des activités politique du MRC est entrain de vouloir distraire l’opinion au moment où les camerounais suivent attentivement l’actualité sur l’attentat de Bamenda perpétré le 08 mars dernier et l’attaque lâche du poste de police et de la brigarde de gendarmerie de la localité de Galim, intervenu dans la nuit du 07 au 08 mars dernier. «Le maillage sécuritaire autour du président élu, Maurice Kamto, de ses alliés, cadres et militants du MRC, depuis le giga accueil de Douala du 26 février dernier, organisé pour saluer la tournée présidentielle historique dans la diaspora et la large victoire du boycott lors du double scrutin du 9 février dernier, est devenu agressif», se lamente Christopher Ndong, non sans ajouter quelques propos mensongers selon lesquels, «des agents de sécurité s’introduisent même dans les domiciles par effraction pour menacer les familles, y compris s’en prendre aux enfants». Manipulation Le parti de Maurice Kamto met en garde les responsables de la sécurité, de leur intrusion dans le champ politique. Ils contribuent, selon le MRC à exacerber les tensions sociopolitiques à travers le pays, en l’occurrence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Par conséquent, le «MRC invite la communauté internationale à prendre acte des provocations dont ses dirigeants, alliés et militants, sont l’objet. Ce qui permet de déduire que le MRC milite ardemment pour l’intervention de la communauté intervention au Cameroun. Après avoir échoué lamentablement échoué la conquête du pouvoir par les urnes, le MRC veut visiblement mettre le pays à feu et à sang pour atteindre ses objectifs. Peine perdue, les camerounais ne sont pas dupes.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps