[Politique] Le général Valsero conseille Michèlle Ndoki de ne pas s'attaquer au MRC

Dans un direct Facebook, le rappeur estime que l’avocate au barreau du Cameroun a créé son mouvement pour avoir sa part du gâteau. Après Célestin Djamen, Christian Penda Ekoka et bien d’autres, Michelle Ndoki pourrait être la prochaine personne a quitté le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). C’est du moins ce qui laisse croire son direct Facebook dans la nuit du samedi 24 juillet 2021. « Nous discuterons de l’œuvre Cameroun entre bâtisseurs et non plus entre observateurs critiques ou entre personnes plus ou moins résignées. J’en profite pour appeler ici, les autres bâtisseurs à se faire connaître car il y a beaucoup à faire et vos contributions sont cruciales. Je parle concrètement des personnes avec lesquelles nous clarifierons le chantier, les étapes pour transformer le pays dans les domaines que je viens de citer. Nous devons avoir une vision claire du pays que nous méritons, pour rassembler nos compatriotes derrière cette vision », a-t-elle expliqué. « La clinique psychiatrique » Ce lundi 26 juillet 2021, après cette sortie, le général Valsero dans un direct Facebook invite Michelle Ndoki est reçue dans « la clinique psychiatrique ». Il croit que l’avocate au barreau du Cameroun a créé son mouvement pour avoir sa part du gâteau. « Il ne s’agit pas de déification. Le problème du Cameroun n’a jamais été la vision. Le problème au Cameroun n’a jamais été une opposition de vision. Nous sommes en guerre. Nous vivons une oppression. Nous vivons dans une dictature. C’est une bagarre pour la liberté », a indiqué l’artiste. Le rappeur camerounais conseille son camarade du parti de ne pas s’en prendre au MRC. Sinon : « Si ta vision est de venir te mettre sur le chemin de la résistance, alors contre toi, la résistance va se dresser. Tu as été prévenue », prévient-il. « Le joker Ndoki » Valsero n’est pas le seul défenseur du MRC à avoir du mal à digérer la sortie de Me Ndoki. Quelques heures après son direct Facebook, des voix s’élèvent au sein du parti d’opposition pour exiger la démission immédiate de l’avocate. C’est le cas d’Aïssatou Bouba Dalil, secrétaire nationale du MRC chargée du développement du tourisme et de la protection des forêts de la Faune et de l’environnement : « La carte Ekoka étant définitivement grillée, on sort le joker Ndoki. Colmatage des brèches laissées béantes par les Talks assassins. Pari risqué. La greffe prendra-t-elle ? », écrit-elle.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps