[Politique] Le chef de l'État à Mvomeka'a : le remaniement ministériel serait-il imminent ?

C’est la question que se posent bon nombre d’observateurs de la scène politique lorsque le Président Paul Biya qui vit retranché au Palais d’Etoudi depuis l’annonce de la pandémie du coronavirus a pris la route samedi le 25 juillet dernier de son village natal Mvomeka’a. Selon ces mêmes observateurs, chaque fois que Paul Biya se retranche dans son terroir, loin de toute agitation politique, c’est pour prendre d’importantes décisions. Et en fait de décisions, depuis les mois de février 2020 et de juin dernier, deux événements majeurs se profilent à l’horizon : le remaniement ministériel et le Conseil Supérieur de la Magistrature. Ce retrait de la capitale politique augurerait-il l’avènement de ces importantes décisions ? Difficile d’y répondre de manière tranchée pour le moment. Les jours à venir nous éclaireront davantage. Le remaniement ministériel Depuis son accession à. la Magistrature Suprême, Paul Biya a habitué les Camerounais à avoir un nouveau gouvernement après les élections législatives et municipales. Cette fois-ci, la crise sanitaire du ‘coronavirus est venue quelque peu perturber le calendrier habituel. Toutes les forces devaient être concentrées dans la lutte contre cette pandémie comme, il l’avait si bien souhaité lors de son message à la Nation le 19 .mai dernier. C’est probablement à cause de cette crise que le remaniement ministériel, jusqu’ici, n’a pas eu lieu. Ce d’autant plus que la pandémie refuse de se faire dompter et continue à faire des victimes au sein des populations. Mais, depuis près de deux semaines, les supputations vont bon train. L’on parie de l’imminence d’un remaniement qui ne saurait tarder. D’aucuns ont dit que celui-ci a été retardé par la tenue du Conseil Supérieur de la Magistrature programmée au début du mois d’Août. Déjà, sur la toile, l’on dit que le Chef de l’Etat va«renouveler sa confiance à Joseph Dion Ngute que l’on crédite d’une bonne gestion des différents évènements dont il a eu la chargq, notamment le Grand Dialogue National et la lutte contre la pandémie du coronavirus. De bons points qui devraient permettre au Chef de l’Etat de lui confier la constitution d’une seconde équipe. Et dans cette équipe, certains anciens collaborateurs vont céder leurs fauteuils à de nouveaux tandis que d’autres vont changer de portefeuilles ministériels. Des noms sont même cités et des listes ont circulé. Seulement, fidèle à ses habitudes de maître du temps dans son pays, personne ne sait ni quand, ni qui fera partie de cette nouvelle équipe. Pas même Joseph Dion Ngute qui peut sauter sur un simple coup de tête de sa hiérarchie. Si cela se trouve, Paul Biya s’est probablement rendu à Mvomeka’a pour mettre la dernière main à la copie du prochain gouvernement de la République. Y verra-t-on entrer plus de technocrates ? Plus de jeunes ? Plus de femmes que dans le précédent ? Nous ne perdons rien à attendre. L’autre raison qui aurait; conduit le Chef de l’Etat dans sa stratégique retraite de Mvomeka’a serait la tenue du Conseil Supérieur de la Magistrature. Le Conseil Supérieur de la Magistrature En procédant à la nomination de certaines personnalités au sein de cette institution et en remplaçant numériquement certaines autres décédées, le Président de la République annonçait la tenue des assises de cette institution., Des assises ’ qui n’avaient plus eu lieu depuis plusieurs années. Dans l’intervalle, beaucoup de dossiers lui auraient été soumis et il serait de bon ton qu’ils soient examinés. On peut supposer que de grandes décisions sortiront de ces assises en dehors des divers avancements au grade des magistrats et de la mise à la rétraite de certains d’entre sans compter l’intégration des auditeurs de justice. Mais il faut aussi’ . s’attendre à ce que des sanctions soient prises à l’encontre des magistrats véreux ou corrompus ou encore l’affectation des magistrats à des postes de responsabilité ou enfin, le changement de posture des uns et des autres. Certains risquent de partir du parquet pour le siège et vice-versa. Le Conseil Supérieur de la Magistrature se tiendra le 06 août prochain et l’on saura à quelle sauce seront mangés les magistrats. Mais ledit conseil se tiendra-t-il avant le remaniement ministériel ou après ? Mystère et boule de neige. Ce qui est certain, c’est que la sérénité n’est pas de mise ni pour les ministres, ni pour les magistrats. Personne ne peut prédire s’il va rester à son poste ou le perdre et les messes basses ont commencé à être dites par certains tandis que pour d’autres, les charlatans ont été consultés et sont déjà au travail ce d’autant plus que certains ministres sont crédités d’un bon travail alors que d’autres sont de plus en plus ouvertement critiqués, des critiques qui ont d’ailleurs poussé les Ministres des Postes et Télécommunications Minette Libom Li Likeng et de la Communication Emmanuel René Sadi à brandir des menaces à l’encontre de ceux-là qui s’attaquent à l’honorabilité de certaines personnalités. Dans cette situation, il y a également des velléités inavouées, certains responsables cherchent à se débarrasser de leurs ennemis au sein du gouvernement ou dans l’entourage du Chef de l’Etat. Et dans cette guerre de positionnement, divers courants sont en lice. D’un côté les Francs-Maçons, de l’autre les Rosicruciens. Qui saura mieux convaincre le Chef de l’Etat ? Va-t-on assister pour une première fois à un balayage profond du gouvernement ou alors, comme d’habitude, l’on ne va pas toucher aux monuments ? De nouveaux alliés du Président de la République vont-ils remplacer ceux qui ont déjà fait leur lit dans ce gouvernement depuis 1982 ? Une chose est certaine, le remaniement ministériel permettra de placer des hommes clés à des postes clés pour des missions précises. Ces hommes-là, seul Paul Biya les connait. Il ne nous reste plus qu’à croiser les doigts car pour nous, il n’y aura pas de compte à rebours car nous n’aspirons à rien. Aux potentiels ministres cependant, nous leur recommandons vivement de se débarrasser de l’inertie, de poser des actes qui feront d’eux des héros et non des zéros car ceux de l’équipe actuelle qui seront entrés en disgrâce et qui auront confondu les deniers publics avec leur portefeuille, savent à quoi s’en tenir. Après leur limogeage, les portes du Tribunal Criminel Spécial (Tes) et de la prison principale de Kondengui leur seront grandement ouvertes.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App