[Politique]la Mairie de Douala cesse sa collaboration avec le trésor public au profit de la BEAC

Les relations semblent se dégrader irrémédiablement entre la Communauté urbaine de Douala (Cud) et la Trésorerie générale de Douala (Tgd). Une correspondance du Dr. Roger Mbassa Ndine, le Maire de Douala, adressée au receveur municipal de la Communauté urbaine de Douala traduit en effet le climat de tension entre les deux institutions. «Au regard des retards constatés dans le paiement des salaires et autres indemnités du personnel de la Communauté urbaine de Douala par la Trésorerie générale de Douala au cours des derniers mois, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir prendre toutes les dispositions nécessaires en ce qui vous concerne afin que les frais de personnel (salaires et les autres indemnités du personnel) de la Communauté urbaine de Douala soient désormais payés sur les comptes de la Cud logés à la Beac», mentionne la correspondance datée du 17 mai 2021. De mémoire, les rapports entre la Cud et la Trésorerie générale de Douala ont généralement été en dents de scie. Les points d’achoppement portent généralement sur la lourdeur administrative dans le traitement de dossiers financiers de la Cud où l’institution dispose d’un compte. Pour exemple, des retards dans l’exécution des ordres de virements avaient entraîné une enveloppe de restes à recouvrer de plus de 15 milliards de FCFA au terme de l’exercice 2018. Dans une déclaration choc, l’ancien Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala faisait en effet déjà le procès de cette institution rattaché au ministère des finances : «la signature de la Cud est aujourd’hui dégradée à cause des dysfonctionnements observés dans la gestion de ses fonds à la Trésorerie générale de Douala. Nous n’arrivons plus à rentrer en possession de nos fonds et les banques ne nous font plus confiance. Nous avons adressé des correspondances au ministère des Finances et nous avons eu des séances de travail avec de hauts responsables de la Trésorerie générale de Douala, mais la situation est toujours préoccupante. Nos comptes sont au rouge», disait le Dr. Fritz Ntone Ntone. L’exercice 2020 avait également connu d’importants retards dans le paiement des centimes additionnels communaux. Le cumul des arriérés de recettes en attente de reversement s’établissaient ainsi au 30 septembre 2020 à 16,2 milliards de FCFA, soit 52 milliards de FCFA pour le ministère des Finances au titre des centimes additionnels communaux datant de 5 ans. Avec un budget 2021 arrêté en recettes et en dépenses à 56,8 milliards de FCFA, les salaires et indemnités du personnel constituent plus de 35% des dépenses de la Cud. Mais du côté de la Mairie de Douala, on rassure malgré la décision du Maire de Douala de rompre la collaboration avec la Trésorerie générale, concernant les salaires et indemnités de son personnel : «pour le moment, le personnel de la Cud ne connait pas d’arriérés de salaire. Le problème qui se pose est que les états de salaires sont dressés par les services compétents et envoyés au Trésor public entre le 16 et le 20 de chaque mois. Malheureusement, le Trésorier payeur général les traite toujours avec beaucoup de retard, au point où, les premiers virements de salaires sont faits le 5 du mois suivant. Parfois le personnel attend jusqu’au 10 du mois. On ne sait exactement pas quand sont payés les salaires. Excédé par cette situation qui met en difficulté ses collaborateurs, le Maire de la Ville a donc décidé que les salaires du personnel ne passent plus par le Trésor public, mais par la Beac», clarifie et confirme une source autorisée à la Cud. La décision du Dr. Roger Mbassa Ndine vise dès lors à rétablir un climat de confiance entre l’exécutif et le personnel de l’institution estimé à 1400 agents. Mais également à faire bénéficier à la Cud, un traitement rapide et diligent des opérations de paiement de salaire et indemnités du personnel. La collaboration entre la Mairie de Douala et la Beac connait par conséquent une évolution remarquable depuis cette décision qui intervient après l’annonce par le Dr. Roger Mbassa Ndine de recourir au marché monétaire de la Banque des États de l’Afrique Centrale (Beac). La Cud envisage en effet lancer un programme d’émissions de titres publics sur le compartiment des titres de créances négociables (Tcn), en vue de lever un montant de 150 milliards de FCFA, pour financer les grands projets structurants de la ville de Douala (aménagement des voiries, la construction d’équipements publics marchands ou non, la construction de logements, les acquisitions foncières, la constitution de fonds de contrepartie, l’alimentation des fonds d’études et de maturation des projets).

Website to visit

Social

  • Mobile Apps