[Politique ]l'ancien maire chassé par son arrogance à Mbouda

Il vit à Douala et gérait la commune de Mbouda par des intermédiaires, gentil au départ Roger Ngoulla est devenu vantard arrogant repoussant orgueilleux et a divisé la mairie par les intrigues. Le 25 février 2020 Roger Ngoulla a désisté ayant constaté qu’il n’a plus de conseillers avec lui. Après vote, Wandji a gagné 28 contre 13. Le maire sortant raconte sa vie et pleurniche partout, tire sur les dirigeants du RDPC et porte plainte au tribunal administratif à Bafoussam. Les raisons de sa chute. A la commune de Mbouda deux candidats étaient en lice pour l’élection municipale du 9 février 2020. Roger Ngoulla le maire sortant et M. Wandji l’entrant. Le Comité central du RDPC a prescrit, que lors que le consensus n’est pas obtenu pour constituer une liste unique, les conseillers municipaux passent au vote. Avant le vote, le maire sortant de Mbouda a quitté la salle. Le 25 février 2020 on est donc passé au vote à Mbouda. Score final : Candidat Wandji 28 ; bulletins nuls 13. Démocratiquement, Wandji a été proclamé vainqueur du scrutin. Les larmes de crocodile de Roger Ngoulla Au sortir de la session de plein droit, le maire sortant Roger Ngoulla est allé ameuter ses fans dans les quartiers de Mbouda. Pancartes au poing ils ont entonné l’hymne antidémocratique dans les rues de Mbouda. Ils revendiquent le retour de Roger Ngoulla qui vient de perdre l’élection. Ils ont crié sur tous les toits. Fatigue générale ! Tous ont regagné leur domicile. Rien n’a changé au compteur du vote. Wandji 28 contre 13bulletins nuls. Depuis lors, le maire sortant de Mbouda mène une campagne de commérages dans les Bamboutos : Sabotage des dirigeants du Comité central du RDPC, dénigrement des élites des Bamboutos. Roger Ngoulla pleure partout sans être écouté. Tout le monde à Mbouda sait qu’il a été battu lors de l’élection. Le vote c’est le vote. La démocratie est cruelle. Dans l’émotion, il a porté l’affaire au Tribunal administratif de Bafoussam. Il demande au juge d’annuler l’élection municipale à Mbouda. Pour quoi Roger Ngoulla n’a pas été réélu maire. Trois éléments auraient joué contre Roger Ngoulla, selon tous les recoupements. D’abord son absence à Mbouda. Il vit à Douala. Beaucoup de conseillers municipaux lui reprochent le « fait de diriger la commune de Mbouda à distance à Douala, et par des individus inconnus et d’une arrogance insupportable». Selon un conseiller municipal, « On voyait seulement notre maire à la télé dans les séminaires… être à la mairie ici à Mbouda… rien ! On a voté un maire absentéiste ? ». Ensuite, il se dit que le maire Roger Ngoulla était devenu inaccessible. Selon un autre conseiller municipal, « Ngoulla décrochait les gens à peine… quand il t’a décroché après l’avoir appelé mille fois, il se débarrasse vite de toi…première année il était gentil, mais à la longue notre maire est devenu orgueilleux méprisant tout le monde…Il a pris la grosse tête croyant que son mandat n’allait pas s’achever et reviendra nous demander nos voix… Tu veux parler à ton maire il te répond sur les dents ! ». Enfin sa campagne de dénigrement contre les élites des Bamboutos. Selon un président de section RDPC des Bamboutos, « Ngoulla dénigrait presque tout le monde… même moi-ci si j’étais conseiller municipal je ne réélisais pas Roger. Il méprise tout le monde et bavarde partout, il est devenu fou ? Toujours en train tirer sur tout et dire qu’il est le meilleur…C’est quel homme politique ? Pourtant un monsieur intelligent…». Monsieur Wandji, le nouveau maire de Mbouda réside à Mbouda. Il a été pendant longtemps adjoint. Il a pour adjoints Frédéric Pafé, Jean Tchio, Magué épse Nzognou Alice et Jean Claude Tatissong. Au travail pour le bonheur des populations de Mbouda. Le nouveau Maire est le premier adjoint d’hier du Maire sortant. Bon nombre de conseillers du mandat achevé ont été reconduits et beaucoup de ces conseillers avaient menacés de déposer le Maire sortant pendant son mandat pour mauvaise gestion. Ce résultat émane de la volonté de la majorité des conseillers qui se sont exprimés individuellement dans l’isoloir, chacun et chacune en son âme et conscience.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps