[Politique]l'ancien consul de suisse à Douala empêche son successeur de prendre fonction

Antoine Ndzengue, nouveau consul honoraire de Suisse à Douala, qui a reçu son exequatur depuis le 11 mars 2021, peine à entrer fonction. Pour cause, son prédécesseur, Bonheur Hiol Mimbeleg, « refuse, malgré plusieurs rappels officiels, de restituer les attributs du consulat honoraire de ce pays à Douala ». Consulat honoraire de Suisse à Douala En effet, par correspondance le 16 mars 2021, le ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures (Minrex), Félix Mbayu, a saisi le gouverneur du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, pour lui demander de « prendre les dispositions s’imposant afin de mettre un terme à l’activité de M. Bonheur Hiol Himbeleg, et partant, lui demander de restituer tous les attributs de la Suisse en sa possession. La note de l’ambassade précise par ailleurs que le susnommé depuis la fin de son mandat et la désignation de M. Ndzengue Antoine à sa succession, « n’a plus le droit d’avoir en sa possession les attributs de la Suisse, ni d’en faire usage ».Cette attitude rebelle a poussé l’ambassade de Suisse à solliciter l’intervention de « la partie camerounaise afin de rentrer dans son droit et poursuivre le processus d’installation de M. Ndzengue Antoine, consul honoraire désigné de Suisse dans ses fonctions à Douala ».« Nous allons essayer d’être ce lien qui va rapprocher l’économie camerounaise et l’investisseur suisse », a annoncé le nouveau consul lors de la remise de son exequatur. L’opérateur économique de 47 ans évoluant dans la distribution des produits pétroliers affirme avoir « une relation forte au plan professionnel avec la Suisse ». Ce sera l’un de ses atouts pour redynamiser « le consulat honoraire de Suisse à Douala (qui) a connu une période d’hibernation ». Désigné par les autorités helvétiques le 30 avril 2020, Antoine Ndzengue a vu son exequatur signé le 28 octobre de la même année par le chef de l’État.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps