[Politique] Kah Wallah et Michelle Ndocki chargent Maurice Kamto

Les deux femmes politiques estiment que la stratégie adoptée jusqu’ici par le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun n’a pas porté de fruits. La présidente du Cameroon People’s Party ( CPP), Edith Kah Wallah et la militante du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, Michelle Ndocki n’eh peuvent plus avec la politique de Maurice Kamto, le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. Les deux femmes politiques estiment qu’il est temps d’oublier le passé et d’adopter une politique qui va profiter à tous les Camerounais. Le problème Maurice Kamto Réagissant à une question d’un internaute au sujet des guéguerres politiques entre le MRC et le pouvoir en place, Kah Wallah n’a pas caché sa gêne. Elle estime que le combat politique que mène le MRC ne peut pas prospérer du fait qu’il est circonscrit autour d’une seule personne Maurice Kamto. » Une nation ne peut se bâtir autour d’une seule personne. Ça se bâtit autour d’un projet, autour d’une idée. Maurice Kamto après une transition pourra peut-être gagner les élections, mais aujourd’hui, la personne de Maurice Kamto ne va pas résoudre le problème anglophone, la personne de Maurice Kamto ne va pas résoudre le problème fondamental de l’injustice et des règles de droit dans notre pays » a expliqué Kah Wallah, l’initiatrice du Mouvement Stand UP for Cameroon. Allant dans le même sens, l’avocate Michelle Ndocki a relevé dans un message qu’elle a posté sur sa page Facebook, que la même vision politique doit être partagée par tous les Camerounais et non pas seulement par ceux du du Mrc. «Nous vouions voir et sentir ia transformation dans nos vies que les élus sont censés provoquer. L’économie doit être plus performante, le système éducatif doit être réformé pour produire des ressources humaines dont les compétences correspondent aux besoins du marché, le système de santé doit être à la hauteur des exigences de œux qui produisent la richesse et tous doivent retrouver confiance en notre justice. Ça c’est le Cameroun que nous voulons, le Cameroun que nous méritons et qui va au delà des desiderata d’un seul parti », écrit-elle. Avant d’ajouter, il ne faut surtout pas oublier «qui nous sommes et ce que nous voulons: le Changement ! Non pas le remplacement d’un élu par un autre, non pas de voir la victoire déclarée d’un compétiteur sur un autre». Tourner la page des électionsde 2018 Au sujet de la page de l’élection présidentielle de 2018, à l’issue de laquelle le candidat du MRC Maurice kamto ne cesse de revendiquer sa victoire, malgré les résultats officiels qui le classent deuxième, après le candidat du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais. L’avocate inscrite au barreau du Cameroun, demande que les énergies se concentrent sur le changement voulu. Pour la vice-présidente des femmes du MRC, il ne faut surtout pas oublier «qui nous sommes et ce que nous voulons: le Changement ! Non pas le remplacement d’un élu par un autre, non pas de voir la victoire déclarée d’un compétiteur sur un lacement ». Pour l’ancienne militante du Social Democrati Front ( SDF) Edith Kah Walla » il va être difficile de mettre toutes les forces (partis politiques, société civile et Eglise) ensemble si le MRC ne quitte pas cette histoire des élections». Selon Kah Walla, l’heure n’est plus même si les élections ont été entachées d’irrégularités, l’heure n’est plus aux revendications qui ont été entachées d’irrégularités, il faut passer le cap et se projeter vers l’avenir: « L’enjeu actuellement est national. Les élections ont eu Heu. Elles étaient de mauvaises élections. Quand un jeu est mauvais, on ne reste pas à revendiquer la victoire… Si vous restez dans la position du « président élu » vous n’allez pas rassembler les forces vives », prévient le leader de Stand Up for.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App