[Politique] John Fru Ndi n'est pas demandeur d'asile aux États-Unis

Contrairement aux rumeurs qui circulent sur la toile, le président national du SDF n’a jamais eu l’intention de s’exiler aux Etats-Unis. Depuis le 21 juin, la fausse nouvelle circule sur les réseaux sociaux et suscite beaucoup de réactions. Cette information révèle que Ni John Fru Ndi, le président national du Social democratic front (SDF) vient d’obtenir son titre de réfugié politique aux USA. Le chairman n’a pas fui le Cameroun La réaction du SDF ne s’est pas faite attendre. Le député Joshua Osih a fait une sortie sur Twitter pour démentir la nouvelle. « Des usines à fake news essaient de transformer Ni John FRU NDI en demandeur d’asile. Le Chairman se porte très bien. Il n’a pas fui le Cameroun pendant 30 ans, pourquoi le ferait-il aujourd’hui? ». A écrit l’homme politique. Interrogé par la CRTV, Dénis Nkemlemo, le Secrétaire national à la Communication du parti, est allé dans la même lancé. Il dit ne porter aucune attention à cette information. Il s’agit pour lui des ennemis du président national qui veulent le déstabiliser. Il a d’ailleurs transmis un enregistrement audio à la télévision publique. Raisons médicales Dans cet enregistrement, John Fru Ndi, lui-même répond à cette infox. Le Chairman dit être effectivement aux Etats-Unis pour des raisons de santé. Il n’a jamais eu l’intention de quitter le Cameroun et ne le fera pas. C’est depuis janvier dernier que le leader du SDF séjourne aux Etats-Unis pour des raisons médicales. Avant son départ, il avait accordé une interview au journal d’expression anglaise The Sun. Dans l’entretien, il relevait que l’’armée a voulu prendre les armes pour défendre sa victoire 1992. Mais il s’est opposé. « …En 19992, lorsque nous avons effectivement remporté l’élection présidentielle. M. Biya lui-même a accepté et chaque Camerounais vous dira que Fru Ndi a gagné. (…) L’armée a voulu prendre les armes pour défendre ma victoire mais encore une fois j’ai refusé. J’ai pensé qu’avec le temps, nous allions résoudre les problèmes par l’urne, la constitution ». Affirmait le président national du SDF.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps