[Politique] Grève des avocats : Me Kamdem Fotso justifie son boycotte

C’est au nom de la paix que l’avocate dit s’être mise en marge de l’action. « Le barreau est une institution qui est sollicitée ad notum (à tout moment) ». C’est par cette phrase que la femme de droit justifie son boycotte de la grève des avocats. Une cessation d’activité observée par la corporation du 16 au 20 septembre 2019 sur le triangle national. D’après cette dernière, il était hors de question de ne pas assurer au moins le service minimum. Ce d’autant plus que le barreau, est au service des justiciables. De fait, celui-ci peut être sollicité quel que soit l’atmosphère qui règne au sein du corps d’avocat. Surtout que l’appareil judiciaire dit-elle, ne peut être totalement grippé. Car la résolution 1325 du conseil de l’Onu de 2000 reconnaît en la femme. Un rôle primordial dans le règlement des conflits et dans un processus paix argue-t-elle. Antipatriotisme Avoir observé cette grève relève pour Me Kadem Fotso, d’un acte antipatriotique. Sans se désolidariser des problèmes que rencontrent les avocats, la femme de droit pense avoir agi au nom de la patrie. « Je suis une patriote de race. Une républicaine hors pair et un humaniste reconnu. D’où mon exception à assurer le service minimum », s’en défend l’avocate. Avant d’ajouter que de l’avoir, fait participe d’un geste humanisme, de patriotique et par devoir de serment. Pas d’intention politique Répondant à la récupération politique imputée à son non alignement, Me Fotso dit n’avoir reçu aucun ordre du RDPC. Car exerçant un métier libéral, elle a « la liberté d’action et de pensée » affirme-t-elle. Ce en invitant les uns et les autres à éviter de faire de la politique, un objet omniprésent. Car un tel jugement sur son action, est à classer selon cette dernière, au rang des commentaires.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps