[Politique] Est :Les partis politiques dans le coma

Si le Mrc et le Rdpc semblent s’épier, les autres évoquent l’absence de moyens pour travailler. Depuis les dernières échéances électorales (législatives et municipales), la quasi-totalité des partis politiques qui .animent le paysage politique dans la région de l’Est sont en hibernation. A l’exception du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), le parti au pouvoir, qui anime la scène politique avec des multiples activités, notamment les descentes, des comptes rendus parlementaires des députés. A côté du Rdpc, les descentes de la sénatrice Aboui Marlyse de l’Add sont focalisées dans son Belabo natal. Les autres partis politiques sont dans un silence de cimetière. « Les leaders politiques vont se réveiller à la convocation du corps électoral avec pour conviction de gagner une élection qu’ils n’ont pas au préalable préparé à la base », laisse entendre Severin Mougnol. Gertrude Kassala ajoute : « Ce qui intéresse les acteurs politiques à l’Est c’est l’argent que leurs partis donnent pour la campagne. En réalité, on ne voit pas leur déploiement sur le terrain pour garder leurs militants en éveil ». La jeune dame conclut : « Dans toute activité, seul le travail paye, si les partis politiques en majorité ceux dé l’opposition ne travaillent pas, ils ne pourront jamais accéder au pouvoir ». Pourtant, les cadres locaux des partis ne manquent pas d’arguments pour se justifier. « Nous au Rdpc, nous travaillons, et de manière permanente, nous travaillons aux cotés dElecam, en mobilisant nos militants à s’inscrire sur les listes électorales. Toutes ces activités sont politiques, il ny a donc pas de raison de penser que le Rdpc dort. Tout au contraire, nous sommes en plein éveil », soutient Boniface Zé, le président de la section Rdpc de Belabo, par ailleurs maire de la commune éponyme. « On na pas besoin de faire du bruit comme les griots du Rdpc qui viennent sur le terrain acheter les consciences avec l’argent qu’ils puisent à volonté dans les caisses de l’Etat. Nous nous travaillons dans le calme et nous faisons du porte à porte. En ce moment, le musellement et (arrestation des acteurs politiques afin de leur laisser le terrain libre constituent l’objectif du parti des vautours financiers qui sont au pouvoir. Mais ils ne réussiront pas cette fois », déclare Joseph Essing Tamba, un cadre du Mrc à Bertoua. Par contre, certains acteurs politiques confessent leur silence qu’ils justifient par le manque de moyens matériels, financiers et logistiques. « Ce qu’il faut savoir c’est que pour animer un parti politique, il faut nécessairement des moyens financiers. Or nous n’avons rien. Par conséquent, nous ne pouvons pas faire comme les autres, mais nous avons notre stratégie de travail que je ne saurais dévoiler ici », soutient Méssé, le patron de l’Union des populations du . Cameroun à l’Est.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps