[Politique]élections régionales,les recalés du Rdpc crient à la concussion

La plupart dénoncent la partialité des commissions départementales de réception et d’analyse des dossiers. A la veille de la date butoir de réception des dossiers de candidatures retenus pour l’élection du 6 décembre prochain à la direction générale des élections, des voix dissonantes se font entendre dans la famille du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Certains postulants qui ont vu leur dossier rejeté se sont résolus à interpeller le secrétaire général de cette formation politique et par ailleurs président de la Commission nationale d’investiture des candidats. Parmi les récriminations, l’on invoque le non-respect de la circulaire du 10 septembre dernier dans laquelle, le président national du parti précisait le profilidéal des candidatures à retenir par les différentes commissions. Pour Paul Biya, seuls « des femmes, des hommes et des jeunes à la maturité politique avérée, au loyalisme éprouvé envers le parti et ses idéaux, défenseurs résolus des institutions et des valeurs de la République », étaient éligibles. Une consigne, dit-on, qui aurait été ignorée lors du processus de sélection du fait de l’invasion des forces de l’argent, indiquent ces frustrés. Pour exprimer ce courroux au sommet du parti, le vent de revendications qui se propage actuellement dans tous les départements du Cameroun s’est levé le 18 septembre 2020 dans la Be-noué à Garoua par le biais d’une lettre de contestation adressée à Jean Nkueté et ampliée à Paul Biya aux fins de « rétablir la vérité en annulant purement et simplement » la liste retenue, et réhabiliter les candidats remplissant les critères d’investiture. Un cri de détresse similaire se fait entendre depuis la Sanaga-Mari-time où, certains militants de la première heure tels, Joseph Antoine Bell, Etienne Mataga, sont passés à la trappe au motif de posséder une double nationalité. Dans la Mefou et Afamba, c’est le même son de cloche qui retentit. Ici, Louis Foumena Ambela, Eyeya Zanga, Roger Belinga, Pr Marceline Nnomo ou encore Claude Abena ont été éconduits de la liste définitive des candidats à cette élection. Pareil dans le Haut-Nyong à l’Est avec la candidature de Yvette Menyala. Dans la Lekié et le Mfoundi, aucune fuite sur l’identité des recalés. Et si le suspens persiste dans ces deux départements, des indiscrétions expliquent que l’astuce consiste à attendre le dernier moment pour éliminer certaines grandes figures politiques çà et là. Histoire de les disqualifier définitivement. Dans leur colère noire, ces frustrés en appellent à l’arbitrage de leur président national tant ils affirment que ce sont les manœuvres de corruption et de concussion qui ont motivé les sélections.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App