[Politique] Élections locales : Yaoundé de plus en plus militarisé

A quelques jours du 9 février jour du vote du double scrutin, les policiers et les gendarmes sont postés dans les carrefours et les rues de la capitale Yaoundé. Les forces de maintien de l’ordre sillonnent de plus en plus les rues et les carrefours de Yaoundé. Il est devenu pratiquement difficile de faire un pas dans la ville sans les apercevoir. Notre confrère Le Messager rapporte que selon un sécurocrate, cette situation est dûe à la période électorale, au double scrutin du 9 février 2020. Des informations que les autorités ont reçues, ont conduit celles-ci à vouloir renforcer la sécurité dans la ville aux sept collines. «Le pays est sur une corde raide. Il faut quadriller la ville, surveiller les entrées nord et Sud de la ville de Yaoundé. En cette période, il y a les circulations d’armes-dans la ville, et surtout les menaces à l’ordre public. La police est là, pour assurer le bon déroulement du scrutin», confie le sécurocrate à notre confrère. Il n’y a pas que la présence des gendarmes et des policiers qui est visible sur le terrain. Il y a aussi la brigade de la circulation et de la prévention routière. Elle procède à l’interpellation des véhicules. Elles fouillent et procèdent à la vérification des identités des passagers. Certains préfèrent rester silencieux. «Le déploiement de ces hommes en tenue dans nos quartiers et artères de la ville de Yaoundé sont beaucoup plus perceptibles depuis la Journée du dimanche 26 Janvier 2020, date du lancement de la campagne électorale des législatives et municipales du 09 janvier prochain. Raison pour laquelle, à chaque carrefour, des policiers assurent le contrôle de la moitié des voitures qui circulent. Dès lors, qu’un passager parle de ce sujet, ma seule solution est le silence», explique Alex, un taximan dans les colonnes de notre confrère.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps