[Politique] Dr Édouard Fochivé (RDPC) : ‹‹ UDC est un micro parti ethnique ››

Le communicant du parti au pouvoir estime que lorsqu’on voit un Bamoun, on a tendance à penser qu’il est partisan de l’UDC. Dr Édouard Fochivé, communicant RDPC, était ce lundi 9 août 2021 l’invité d’ABK Matin. Il a passé en revue l’actualité socio-politique du Cameroun. Parlant de son militantisme au sein du parti au pouvoir, l’homme politique dit préférer un militantisme d’accompagnement de la politique gouvernementale qu’un militantisme qui tourne autour de quelque chose de vide. « Pour moi l’UDC est un micro parti ethnique. Demain le RDPC ne sera plus au pouvoir mais le parti qui le sera doit être un parti qui porte le Triangle national au firmament. La population du Nyong et Kelle est upéciste (partisan de l’UPC, Ndlr). Quand on voit un Bamoun, on a tendance à penser qu’il est partisan de l’UDC car, cette formation en question domine à Foumban », explique l’économiste et expert de logistique. S’il faut parler du fait que le Sultan soit membre d’un parti politique, Dr Édouard Fochivé rappelle que le Sultan roi des Bamouns ne participe plus aux scrutins depuis 1997. Il est un sénateur nommé et non élu contrairement à ce que certains pensent. « Chez nous, le chef est un arbre fruitier. Et la politique aujourd’hui est textuellement comme cet arbre…. Donc le Sultan est là où il doit nourrir sa population », déclare-t-il. Les accidents de la circulation Le militant du RDPC a aussi donné son avis sur les récents accidents de la circulation qui ont fait 42 morts en 24 heures. Pour lui, les responsabilités sont partagées même s’il faut éviter d’étiqueter les groupes. Sincèrement, regrette-t-il, le communiqué du ministère des Transports qui accuse les agences de voyage m’a gêné. L’économiste doute que les forces de maintien de l’ordre contrôlent un quelconque dossier de ces véhicules qui passent sur nos routes. « Ils se contentent de prendre les billets en dessous et vous remettent les dossiers sans avoir jeté un coup d’œil. Que la prévention routière devienne une prévention routine. Quand un bus doit se déplacer d’une ville à l’autre, il faut qu’il y ait dans le bus un agent qui s’occupe de relever les faits (voir ce que le conducteur fait avant et pendant le voyage, prendre le numéro d’immatriculation, contrôler les dossiers du véhicule) qui se déroulent pendant le déplacement. À l’arrivée, remettre le document à son collègue », suggère l’homme politique.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps