[Politique] Dialogue national : Mgr Samuel Kleda en désaccord avec le régime Biya

La dernière sortie médiatique du prélat de Douala traduit à coup sûr que ses relations ne sont pas au beau fixe avec le pouvoir en place. Mgr Samuel Kleda et le régime Biya, entretiennent plus que jamais des relations tendues. Confirmation est faite depuis sa sortie du 19 septembre 2019. « Je regrette que ce dialogue soit venu un peu tard, presque trois ans après le début de la crise. C’est beaucoup !»,regrette Mgr Samuel Kleda. Cette prise de position de l’Homme de Dieu est faite sur les antennes de la chaîne de télévision Equinoxe Télévision. Mgr Samuel Kléda, un prélat impertubable dans ses prises de position L’ancien président de la Conférence épiscopale nationale ne mâche pas ses mots. «Je suis particulièrement d’accord avec ceux qui élèvent leurs voix contre le fait que c’est le Premier ministre qui est désigné pour diriger ce dialogue. Déjà la Conférence tripartite (1991), c’était déjà le Premier ministre qui avait dirigé ces travaux. Pour ma part, le gouvernement doit observer une grande neutralité. Ce n’est pas le gouvernement qui doit présider le dialogue national. L’Etat devrait choisir une personnalité neutre », soutient le prélat. Affaires politiques Autorité morale reconnue, l’Archevêque métropolitain de Douala ne se prive pas, de parler des affaires politiques du Cameroun. Chaque fois que l’opportunité lui est donné, il ne manque pas de donner son opinion. Au sujet de la dernière élection présidentielle, il a tenu des propos durs. « Cette élection suscite des interrogations. Si je prends le cas de l’Extrême-Nord, dire que ces gens qui souffrent […] ont voté à 89 % pour les dirigeants actuels me pose sérieusement problème. Je regarde aussi la zone anglophone, où les pourcentages en faveur du parti au pouvoir sont très élevés. Alors qu’on n’a pas pu faire campagne dans ces deux régions, d’où viennent ces pourcentages? Cela veut dire que tous les problèmes que nous cherchions à résoudre avant l’élection demeurent et ne trouveront pas de solutions », avait-t-il lâché peu après les élections en 2018.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps