[Politique] Dévolution : Combat de dauphinat au SDF

A l’approche de la présidentielle 2018, l’on notait déjà que le débat sur la candidature du chairman a été l’un des sujets les plus dominants au sein du parti. Ce débat avait-on appris, a entraîné le report du congrès, initialement prévu pour février,août, octobre 2017, mais renvoyé à chaque foi s, en raison de ce que de nombreuses voix demandaient que ce soit le vice-président Joshua Osih qui défende les couleurs du parti à la prochaine élection. Le débat enflait davantage dans les couloirs du parti ce d’autant plus que le principal parti d’opposition depuis sa création, n’a connu aucune alternance et est dirigé de main de maître par John Fru Ndi, qui a mené son parti à un enchaînement de défaite sur défaite à la présidentielle,aux législatives, aux communales et aux sénatoriales face au Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Pendant des années, l’action d’éclat du Chairman s’est résumé au fait qu’il a survécu miraculeusement à un accident de voiture. Il était dans la voiture avec certains de ses proches du parti. La voiture s’est renversée en tonneau et s’est complètement calcinée.Tous ceux qui étaient dans ce véhicule sont morts calcinés. On ne pouvait même pas reconnaître les corps. Mais, le chairman y est sorti indemne, en dépoussiérant et essuyant la cendre du véhicule sur ses vêtement. Dans ce fragment, il est présenté comme un être différent de ses compagnons qui passèrent de vie à trépas dans cet accident. Il semble donc posséder quelque chose de plus que le commun des mortels. Sous son magistère, ce parti a joué un rôle de premier ordre dans le retour au multipartisme dans les années 90 en obtenant 36% de suffrages à la présidentielle de 1992 contre 40% pour le Rdpc de Paul Biya. Tous ces faits d’arme relèvent désormais du passé. A 80 ans, ce fils de Baba 2 dans le Nord-Ouest a annoncé sa retraite politique, le 11 février 2021, au cours d’un point de presse organisé dans sa résidence de Yaoundé.» (…) Il est temps de remettre le leadership aux jeunes gens dynamiques avec de nouvelles idées sur la façon d’avancer avec le parti politique et le Cameroun », a-t-il déclaré. Concrètement John Fru Ndi ne sera pas candidat à présidence de son parti au prochain congrès. Pour ses militants, cette nouvelle n’est pas une surprise.» Le chairman a.amorcé une démarche de passage de témoin depuis. Le fait le plus illustratif de cette démarche c’est qu’il s’est abstenu de faire acte de candidature à la dernière élection présidentielle au profit du député Joshua Osih dont il a soutenu la candidature », explique Parfait Mbvoum, vice-président régional du Sdf pour le Centre .Aussi depuis quelque temps, la santé du » baron de Ntarikon » à Bamenda n’est pas au beau fixe. En 2020, il a séjourné pendant de longs mois aux Etats-Unis pour se soigner. « Ces problèmes de santé donnaient à penser que le chairman aurait besoin de repos»,renchérit Parfait Mbvoum.Au sein des militants, l’on pense effectivement aujourd’hui que le parti serait à la recherche un homme ou une femme plutôt jeune, charismatique et au diapason de l’actualité et surtout capable de faire renaître le Sdf des années 90 avec une adaptation aux réalités de nos jours. On peut citer à titre d’exemple la définition et la proposition d’un alignement politique bien connu du peuple et qui répondent aux réalités d’aujourd’hui.Une personne qui peut redonner espoir au Sdf. Alors qu’est annoncée la succession de John Fru Ndi à la tête du parti,l’on observe déjà une escalade entre le député Jean-Michel Nintcheu à qui Fru Ndi a confié la « Commission 1 Action », chargée de préparer la stratégie de relance du parti et Joshua Osih, vice-président et ex-candidat du Sdf à la dèrnière présidentielle.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps