[Politique] Des maires privés de salaires Sept ans

Le texte final de la session du Conseil national de la décentralisation du 21 janvier 2020 instruit au ministre des finances de mettre en place un plan d’apurement des arriérés de salaire des magistrats municipaux. Plus d’un an après la tenue de la première session du Conseil national de la décentralisation (Cnd), la plupart des promesses faites à l’issue de ces assises sont restées effets. En effet, le texte final de la session du Conseil national de la décentralisation du 21 janvier 2020 instruit au ministre des finances de «mettre en place un plan d’apurement des arriérés de salaire des magistrats municipaux.» De même, le texte rendu public instruit au Minfi de «conduire dans un délai de deux mois, en liaison avec le Minddevel et les autres administrations concernées, des concertations à l’effet de lui soumettre des propositions concrètes sur les perspectives d’accroissement de ressources financières dédiées aux collectivités territoriales décentralisées.» Le dispositif prévu par le décret N° 2015/ 406 du 16 septembre 2015 souligne que les délégués du gouvernement perçoivent 400 mille Francs Cfa. Alors que les maires doivent percevoir 250 mille Francs Cfa par mois : «Les adjoints perçoivent le tiers (1/3) de l’indemnité de représentation allouée au délégué du gouvernement et au maire.», précise le même texte. Par ailleurs, le texte indique que le salaire des adjoints aux délégués du gouvernement est fixé à 200 mille Francs Cfa. Celui des adjoints aux maires à 150 mille Francs Cfa. Des arriérés qui cumulent à une vingtaine de mois. Les revendications des magistrats municipaux En effet, les magistrats municipaux rentrés en fonction lors de la mandature couvrant 2013 à 2020 ont perçu un paiement au cours de l’année 2015. Depuis lors, plus rien. Les revendications formulées par les magistrats municipaux comprennent également la non mise à disposition des logements de fonction prévus par le décret du 16 septembre 2015, fixant les indemnités et autres avantages alloués aux délégués du gouvernement, aux maires, à leurs adjoints, aux membres du conseil de la communauté et aux conseillers municipaux. La dette réclamée par les magistrats municipaux impacte sur 374 maires, 920 adjoints ainsi que les délégués du gouvernement et leurs adjoints.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps