[politique] centre divisionnaire des impôts Mvila pris en otage par les candidats aux élections

La constitution des dossiers semble être un serpent de mer pour certains, et pour d’autres un complot pur et simple car, rien ne parait clair dans leurs esprit entre ce qui est gratuit et ce qui ne l’est pas. Le 17 novembre dernier, ils ont pris d’assaut ce centre pour solliciter une restitution de ce qu’ils ont payé.La principale pièce d’achoppement est l’attestation de non-redevance, qui elle-même est conditionnée par la carte du contribuable. Philémon Okono, candidat à l’élection municipale est revenu ce matin au centre divisionnaire des impôts de la Mvila, revendiquer une réparation. Il dit avoir déboursé des sous pour l’obtention de la signature de son attestation de non-redevance. Ce qu’il n’a pas pu avoir, puisqu’il a donné de l’argent sans une quittance en contre partie, il en appelle l’opinion nationale sur ces pratiques qui n’honorent pas le pays. De même pour Benjamin Ntimbane Mbeyo’o lui également candidat à la candidature aux législatives pour le compte du Rdpc dans l’arrondissement d’Ebolowa 1 er. Une situation qui fait transpirer plus les candidats des partis de l’opposition. Mais pourtant, le communiqué du directeur général des impôts devait être comme une boussole pour ses services déconcentrés.Pour Sam Severin Ango du mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), « il y’a des difficultés réelles sur la délivrance de l’attestation de non-redevance, certains l’obtiennent sans problème, et d’autres sont carrément rejetés. De même pour les certificats d’attestation de domicile, les sous-préfets entrent en scène pour juger de qui doit avoir ou pas. Alors, l’équipe du Mrc est résolument engagée à présenter ses candidats à ces élections annoncées. Le Sud est une région qui n’est pas habituée à voir percer les forces de l’opposition, c’est une idée que nous tentons de démolir pour que l’opinion sache que les temps ont changé et qu’aujourd’hui, nous voulons avoir un Cameroun où les représentants au niveau des collectivités territoriales décentralisées nouveaux ». Une situation qui n’a pas été de tout repos pour le responsable du centre divisionnaire des impôts de la Mvila qui dit respecter la réglementation en la matière relativement à ces élections. Pour lui, tout candidat qui a ses pièces complètes se voit délivrer l’attestation de non-redevance au même instant. Il renie en bloc les allégations selon lesquelles, il fait payer aux candidats des sommes d’argent pour ce service. Le flou persistant sur le payement ou non des frais en vue de la signature de cette attestation, les éclairages de l’inspecteur principal des impôts en même temps chef de centre régional des impôts Paul Longin Etogo aiderons certainement pour la compréhension de tous les candidats à la candidature. Pour lui, « l’attestation de non-redevance est gratuite. Mais, le requérant doit prouver qu’il est non redevable vis-à-vis de l’état. Pour le faire, il doit être enregistré dans la liste des contribuables d’où cette carte du contribuable qui s’obtient gratuitement aussi, qui est un préalable à la signature de l’attestation de non-redevance. Maintenant, en empruntant des raccourcis sans carte du contribuable, il peut arriver qu’on se fasse arnaqué voilà donc ce qui se passe. Et nous pensons à notre niveau, que les candidats à la candidature ne continuerons pas à tomber dans ce piège, et nos services restent disponibles à satisfaire toute sollicitation dans ce sens ». L’esprit du texte est clair, aucun sous n’est à débourser mais que les uns et les autres malgré les délais qui sont courts déjà ne se fassent pas truander par les agents véreux tapis dans les services en ce moment où ils pensent bien que c’est la saison des vaches grasses.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App