[Politique] Célestin Djamen milite pour la paix définitive dans la zone anglophone

Actu Cameroun vous propose ici, le compte rendu de la cellule de communication : Le mouvement que dirige Celestin DJAMEN milite pour la paix définitive dans la zone d’expression anglaise du Cameroun. Aussi, en prélude à sa conférence de presse, il a commencé par dénoncer une crise fabriquée pour maintenir le Peuple camerounais dans des faux carcans identitaires: religions importées (chrétiens ou musulmans) cultures importées (anglo-saxon ou francophones ) ou encore langues importées, imposées et finalement acceptées (anglais ou français) Le Président National d’APAR n’a pas manqué de stigmatiser les médias bien connus de la place à Douala qui font ouvertement l’apologie du séparatisme et de la Sécession ambazonienne. Ils rappellent par ailleurs que les vidéos virales et autres images dégradantes et humiliantes pour nos forces de Sécurité ont pour seul but de faire accréditer l’idée que les terroristes marquent des points sur le terrain et par ricochet dissuader des jeunes à intégrer l’Armée et les soldats actifs à la déserter, tout ce qui concoure à faciliter la « victoire », certes illusoire des barbares. Il en appelle à ses compatriotes de ne pas sombrer dans le piège de l’amalgame souvent faite à dessein entre Anglophones et Ambazoniens car selon lui 99.9% des Camerounais du NoSo sont fédéralistes, la poignée qui reste étant constituée de terroristes en majorité nigériane. Ses solutions 1° Il faut toucher la racine du mal en détruisant la manipulation sémantique, notamment en INTERDISANT les dénominations « anglophones et francophones ». À cet effet il propose qu’une loi soit votée à l’Assemblée nationale pour faire rentrer dans le Code pénal l’infraction d’atteinte à l’unité des Camerounais et apologie du séparatisme fondée sur des langues ou cultures étrangères. 2° Il exige une application stricte de la loi sur la cybercriminalité applicable à ceux qui usent des supports digitaux pour prôner cette discrimination entre Camerounais. 3° Il invite le Gouvernement à ne pas négocier avec ceux qui assassinent des enfants dans des Écoles primaires, qui égorgent des femmes et prennent des armes pour imposer un État utopique. 4° Il invite enfin tous les Camerounais à soutenir comme un seul homme celles et ceux qui ont choisi ce noble métier qu’est l’Armée, à soutenir sans faille ceux qui ont pris le risque de mourir pour protéger nos vies. Selon lui les soldats qui meurent au Front ne possèdent la carte d’aucun parti politique. Cette conférence s’est tenue au Complexe LA CHAUMIÈRE sis à Bonapriso Douala ce mercredi 6 octobre 2021. Cellule de Communication. Pour le Secretariat aux Affaires stratégiques. Hubert Etoundi.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps