[Politique] Célestin Djamen : ‹‹ la patrie d'abord ,la tribu après ››

Président de l’Alliance patriotique et républicaine du Cameroun (APAR), le temps est venu de décloisonner et démystifier les frontières politiques factices et converger vers le sursaut patriotique pour un Cameroun. Cela n’arrive pas tous les jours au Cameroun. Un homme politique de l’opposition qui félicite un autre homme politique du pouvoir. Dans une sortie récente, Célestin Djamen félicite le nouveau maire Rdpc de Bangangté. « Je voudrais ici solennellement féliciter mon ami personnel monsieur le Maire de Bangangté, Éric NIAT pour sa belle prestation de serment au TGI de Bangangté et surtout l’accueil que les valeureuses populations de cette ville lumineuse m’ont réservé. Beaucoup de courage à toi monsieur le Maire », indique le président de APAR. « Je profite de cette belle occasion pour inviter mes concitoyens à cultiver la tolérance et la fraternité tant il est vrai que tous les fils et les filles de ce pays sont condamnés à vivre ensemble comme des frères ou à périr ensemble comme des idiots. Le temps est venue de décloisonner et démystifier les frontières politiques factices et converger vers le sursaut patriotique pour un Cameroun plus fort, plus prospère et plus que jamais conquérant. Nous ne sommes guère obligés de renoncer à nos convictions profondes pour respecter nos adversaires politiques et le respect pour moi ne sera jamais synonyme de compromissions ni de contorsionnisme », poursuit-il. UNE NATION Par la suite, il vante les mérites de sa formation politique. « La formation APAR que j’ai l’honneur de présider aura toujours à cœur de défendre, quoiqu’il arrive l’honneur de la République et ses valeurs pour construire UNE NATION encore plus forte et plus fraternelle dénuée de toute forme de tribalisme ou de régionalisme ». « Mais APAR ne se laissera jamais dicter sa conduite par personne, car elle tient comme à la prunelle de ses yeux à la liberté de croire et de penser différemment. Le pluralisme politique n’est ni un gadget ni un instrument pour les haineux et les ethno-fascistes pour dévergonder La République. La Patrie d’abord, la tribu après… Chez APAR, nous ne reconnaissons qu’une seule communauté: la Communauté nationale. Nous combattrons de toutes nos forces la libanisation du Cameroun et le djihadisme politique », conclut-il.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps