[Politique] Cabral Libii persona non grata dans le village du ministre Beti Assomo

L’homme politique a été interdit de tenir une cérémonie le samedi 18 janvier dernier. Alors qu’il était détenteur d’un récépissé de déclaration délivré par le sous-préfet d’Akonolinga. Cabral Libii n’est pas le bienvenu à Akonolinga, département situé dans la région du Centre Cameroun. Le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) a été interdit de tenir une cérémonie le samedi 18 janvier dernier. Alors qu’il était détenteur d’un récépissé de déclaration délivré par le sous-préfet d’Akonolinga. Contingent de gendarmes Cabral Libii devait y procéder à l’installation de quatre sous-comités de son parti. Malheureusement, un contingent de gendarmes lui ont barré la route. Empêchant ainsi la cérémonie de se tenir. L’incident s’est produit à Mengueme, un canton Yebekolo. C’est le village où est originaire le ministre camerounais de la Défense, Joseph Beti Assomo. Les quatre responsables à installer, a appris Camer.be, ont démissionné du RDPC le parti au pouvoir. Entraînant plusieurs personnes dans le PCRN de de Cabral Libii. Le parti d’opposition est d’ailleurs en compétition avec le Rdpc, pour les élections locales du 09 février prochain. L’installation reportée Surpris, l’opposant a essayé d’appeler le sous-préfet d’Akonolinga. « Alors que nous avons le récépissé de déclaration, une escouade de gendarmes nous a barré la route. Nous nous rendions pour installer 4 sous-comités d’arrondissement dont les présidents sont démissionnaires d’un autre parti. Un précédent politique dans cette localité. Comment pouvons-nous donc installer des sous- comités dans la base si on n’y va pas? Après d’âpres négociations au téléphone avec le commandant de Compagnie (…) nous avons juste été autorisés à aller dire aux populations que l’installation était reportée », a posté indigné, Cabral Libii sur les réseaux sociaux.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps