[Politique] Cabral Libii, Maurice Kamto et Joshua Osih échangent à Yaoundé

Ceux-ci étaient autour de l’honorable Ndam Njoya, président de l’UDC. Il était question ici, d’évaluer les propositions pour la mise sur pied d’un nouveau code électoral. Ce mercredi 30 juin 2021, les leaders de partis politiques se sont à nouveau réunis autour de l’honorable Ndam Njoya pour analyser les propositions en vue de la révision du code électoral. Une suite logique, car le 1er avril 2021, ces mêmes leaders informaient l’opinion nationale et internationale, qu’ils travaillent ensemble pour une réforme consensuelle du système électoral. « Nous, partis politiques signataires du présent communiqué,…avons décidé de travailler ensemble dans un cadre républicain inclusif, avec toutes les parties prenantes du jeu démocratique, afin de mettre en place un système électoral nouveau ou amendé pour la stabilité et la prospérité de notre pays », pouvait-on lire dans un document remis aux journalistes. Michel Biem Tong Au Cameroun, la rencontre de ce mercredi est diversement appréciée au sein de l’opinion. « Au lieu de réfléchir sur les stratégies à adopter pour faire tomber le pouvoir Biya par une insurrection populaire, on préfère gaspiller du temps et de l’énergie à discuter des propositions de Code électoral dont le pouvoir villageois et terroriste de Biya se servira comme prétexte pour asseoir sa dictature et activer la transmission du pouvoir de père en fils », s’indigne le web journaliste Michel Biem Tong. « Pensez-vous sincèrement qu’une réforme électorale peut venir du Parlement contrôlé à 100% par Biya et sa petite famille? Bien évidemment non, sauf à imaginer un seul instant que la Biyalâtrie veuille se faire « hara kiri ». Pensez-vous que le gouvernement de Biya et son Parlement peuvent entériner toutes les propositions de reforme électorale qui sortiront de cette plate-forme de l’opposition ? Ma foi, non. Pensez-vous vous qu’un des opposants à l’image ci-dessous puisse contester les fraudes électorales à venir? Non plus car en face, on leur rappellera que les élections se sont tenues sous l’empire d’un Code électoral dont ils ont largement participé à la confection », a-t-il poursuivi.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps