[Politique]Cabral Libii dénonce les non-dits sur la vacance du pouvoir

Le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn), questionne le désordre constitutionnel sur la constatation de la vacance du pouvoir au Cameroun. Dans sa traditionnelle chronique sur sa page You Tube, Cabral Libii, le président du parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) attire l’attention des camerounais sur les non-dits de la constitution, concernant les modalités pouvant conduire à la convocation du conseil constitutionnel pour constater la vacance du pouvoir. « Le problème de la vacance du pouvoir au Cameroun se situerait sur un seul mot : après constatation par le conseil constitutionnel (…) il n’y a aucun texte au Cameroun qui régit ce segment qui est fugace dans le temps en cas de vacances, parce que ça doit se faire rapidement. En ma connaissance il n’y a pas un texte qui dit quelles sont les modalités exactes du processus de constatation de la vacance (…) On peut très bien annoncer que le président en exercice est décédé, que cela ne vaut pas constatation de vacances », affirme-t-il. Etoudi « Le président en exercice peut même démissionner publiquement, cela ne vaut pas constatation de la vacance. Il faut que le conseil constitutionnel ait constaté la vacance. Ça veut dire que ce conseil constitutionnel doit siéger, ça veut dire que ce conseil constitutionnel doit être convoqué. Par qui ? Aucun texte ne le dit. En tout cas, la constitution ne le dit pas », souligne le président du Pcrn.« On peut donc se retrouver dans un moment ou tout le monde se regarde en chien de faïence, et le premier général qui passe par là pourrait légitimement dire « pendant que vous réfléchissez avec votre constitution avec ses vides, vous nous trouvez à Etoudi », a ajouté Cabral Libii.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps