[Politique] Bazou : tournée sous haute tension du Sous-préfet

L’accès difficile aux services de base comme l’électricité, l’eau potable et la mauvaise gestion des chefferies traditionnelles freinent le développement des villages. Patrick Kani en fait l’une de ses priorités. Dans le cadre de la seconde étape de sa tournée de prise de contacts dans l’arrondissement de Bazou (Région de l’Ouest), Patrick Kani Emtsoué le sous-préfet a visité les localités de Ntanga, Fetba, Dipfeup, Banah et Tanza. Tout au long de ces étapes, les populations sont allées massivement à la rencontre de l’autorité administrative. Elles avaient hâte d’exposer leurs difficultés au chef de terre. Notamment le difficile accès aux services sociaux de base comme électricité, l’eau potable, le déficit d’enseignants mais aussi et surtout le dysfonctionnement des chefferies traditionnelles. Des différends qui ont déjà conduit à des interpellations du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minat). En éducateur et rassem-bleur, Patrick Kani Emt-soué va calmer les tensions en rappelant que « Le dossier est sur la table du gouverneur et il va prendre une décision définitive qui va pouvoir nous départager. Notre souhait est que la paix demeure dans notre village. En attendant, vous devez observer cette paix qui nous est chère ». Il ajoute : « Vous ne devez pas vous rendre justice. Vous devez laisser les instances compétentes faire leur travail, quel que soit le temps que ça prendra. Les différends qui émergent dans le cadre de la chefferie traditionnelle ne relèvent pas de la justice, mais de l’autorité administrative. Votre dossier est donc entre de bonnes mains». A l’étape de Ntanga, plusieurs plaintes sur la paternité de certains projets de développement divisent les populations et certaines personnalités de la localité en coaction avec les chefferies sont pointées du doigt comme étant des instigateurs des tensions. Une situation qui n’est pas de nature à rendre agréable l’atmosphère et à faciliter les efforts de développement du village. Le sous-préfet comme à l’étape précédente va apaiser les uns et les autres et réitérer que des solutions verront le jour. Par ailleurs, il a fait savoir que le traitement des dossiers brulants fait partie de ses préoccupations. L’autorité administrative promet de mettre tout en œuvre pour redonner une belle image partout ou besoin se fera sentir dans son unité de commandement. A Ntanga, tout n’est pas qu’à déplorer. L’éclairage et la réhabilitation de la route sont une satisfaction pour les populations qui ont passé plus de six mois sans électricité. Dans l’agglomération de Banah, c’est la paix et la sécurité y règnent. Par contre à Dipfeup et à Tanze, ce sont les difficultés liées à l’accès à l’eau potable, à l’absence d’enseignants sont relevées par les populations.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App