[Politique] Affaire Kamto :le dilatoire du Gouvernement

La Délégation générale à la sûreté nationale et le ministère de l’Administration territoriale ont produit leurs conclusions jeudi, tandis que le Sed n’a pas fait le déplacement pour le Tribunal de première instance de Yaoundé. L’affaire Maurice Kamto connait un nouveau renvoi à la Chambre des référés. Cette fois, le président du tribunal de première instance de Yaoundé, TIMBA Georges Théophile a décidé de fixer la prochaine audience au 12 novembre 2020, pour les conclusions en répliques des avocats de l’accusation. Une réponse à la demande de déclaration d’incompétence requise par les conseils de la Délégation générale à la sûreté nationale (Dgsn). En effet, l’audience de jeudi a permis à certaines administrations incriminées par la plainte du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), de produire les écritures demandées par le Tpi de Yaoundé le 15 octobre dernier. Ainsi, la Dgsn a demandé à la juridiction de se déclarer incompétente à juger de cette affaire. «La Dgsn a produit les conclusions et a sollicité que le tribunal se déclare incompétent» assure Me Sother Menkem membre du collectif chargé de la défense de Maurice Kamto. Absence du Sed Une audience qui a connu la participation des avocats du Dgsn, Martin Mbarga Nguélé mais également du ministre, de (’Administration territoriale (Minât), Paul Atanga Nji. Le grand absent demeure le Secrétaire d’Etat à la défense (Sed). Une absence décriée par les conseils de.Mauri.ee .Kaçnto..,«Le Dgsn et le Minât représentés à i’audièncé alors que le Sed se moquant de a justice n’a pas daigné se faire représenter» a écrit Me Emmanuel Simh sur sa page Facebook, dans la soirée de jeudi 29 octobre 2020. Le Tribunal de première instance de Yaoundé a en outre rejeté les exceptions de nullité (arguments mobilisés par les conseils de Maurice Kamto pour demandé la levée de la voie de fait administrative) présentée par l’accusation. En rappel, cette affaire connait un nouveau report alors* que le président du Mrc est «assigné à résidence» depuis le 21 septembre 2020. Veille des marches pacifiques programmées par sa formation politique le 22 septembre dernier. Audience d’habeas corpus La seconde affairé de ce jeudi qui a également connu un renvoi est celle d’habeas corpus concernant notamment le Porte-parole de Maurice Kamto et le Trésorier national du Mrc. Olivier Bibou Nissack et Alain Fogué n’ont pas été extraits de leur cellule au Sed. Une absence qui n’est pas nouvelle. L’on se rappelle en effet que le 22 octobre dernier, les deux hommes politiques n’avaient également pas quitté leur geôle malgré la tenue de l’audience devant le tribunal de Grande instance du Mfoundi. «M Bibou Nissack Olivier n’a pas été extrait, nous ne savons pas pourquoi ses geôliers le détiennent et le présentent pas chez le juge pour qu’il soutienne sa requête au fait de libération immédiate. Le Pr Fogue qui est inscrit au rôle et d’autres. Nous avons 10 personnes sur les 23 qui vont donc passer devant le président du tribunal de Grande instance» assurait alors Me Hyppolite Meli, leader du collectif chargé de la défense du Mrc. En effet, sur les 23 personnes concernées par l’audience d’habeas corpus du 22 octobre dernier, seules 10 avaient été emmenées devant la juridiction. Les autres étaient restées dans les cellules d’unités de détention qui n’avaient pas répondu à la convocation du TGI du Mfoundi. Ces militants du Mrc sont notamment accusés de complicité dans un projet insurrectionnel.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App