[Politique] 34 militants du MRC en prison sans mandat

Depuis leur interpellation, ces détenus n’ont aucun document qui informe sur leur situation. Sa majesté Biloa Effa, chef Mvog-Betsi des Tsoung Mballa à Yaoundé par ailleurs Conseiller spécial de Maurice Kamto ainsi que le docteur Apollinaire Oko, responsable régional du Mrc pour le Sud étaient ce 18 juin 2019 au tribunal de grande instance du Mfoundi. Ils ont été retirés de la prison centrale de Kondengui, où ils sont détenus depuis deux semaines sans mandat de détention provisoire signée par une autorité judiciaire pour prendre part à une audience en habeas corpus. A peine l’audience a commencé hier aux environs de 11h, que les avocats des détenus ont pris la parole pour demander au tribunal sur quelle base leurs clients sont détenus à la prison centrale de Kondengui. « Nous avons constaté que nos clients sont en prison sans mandat de détention provisoire. Ils n’ont même pas un document qui prouve qu’ils sont en garde à vue administrative. Nous voulons avoir des clarifications sur leur situation. Nous voulons savoir s’ils sont des prisonniers ou des simples otages », a affirmé Me Emmanuel Simh. Après cette interrogation des conseils, le Procureur de la République a sollicité une pause afin qu’il aille obtenir le titre en vertu duquel les quatre militants présents hier à l’audience sont détenus à la prison. Parti aux environs de 13h, le procureur de la République est revenu une heure après sans mandat de détention provisoire ni un autre document de garde-à-vue administrative. Selon Olivier Bibou Nissack, le porte-parole de Maurice Kamto, 34 militants du Mrc interpellés lors de la marche pacifique du 1er juin 2019 sont détenus actuellement à la prison centrale de Kondengui sans un moindre dossier administratif ou judiciaire. Cette audience en habeas corpus a été renvoyée ce 20 juin 2019. Le premier vice-président du Mrc Mamadou Mota est parmi les « prisonniers » actuellement à Kondengui sans mandat de détention provisoire ou un document de garde à vue administrative. Me Emmanuel Simh explique qu’il avait été informé par un commissaire de police que les 34 militants concernés par cette situation ont été envoyés à Kondengui dans le cadre d’une garde à vue administrative. L’avocat dit avoir saisi par correspondance le gouverneur de la région du Centre pour avoir une copie de cette garde-à-vue administrative. Mais jusqu’à ce jour, la correspondance envoyée au gouverneur reste sans suite. A Nkongsamba, toutes les personnes détenues sur la base de l’arrêté du préfet du Moungo, au total 18 personnes, ont été libérées hier y compris l’avocat Me Tchoumen

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App