[Politique] ‹‹ 10 millions de nordistes ›› : le combat continue

Malgré l’interdiction de ce mouvement par Paul Atanga Nji ministre de l’administration territoriale le promoteur de cette initiative Guibal Gatama est résolu à mener la lutte jusqu’au bout. Dans un arrêté signé le 18 novembre dernier par le patron du ministère de I’ administration territoriale ( Minât) relatif à la cessation de toute activité du mouvement 10 millions de nordistes que Paul Atanga Nji a qualifié de vouloir « dresser les camerounais les uns contre les autres » et « d’imposture » l’équipe dirigeante de ce groupe qui gagne en popularité sur le terrain n’ entend pas baisser les bras. La résonance de la décision de l’autorité administrative a fait grand écho dans la presse locale et internationale. De quoi engranger les points en faveur de Guibal Gatama Journaliste de renommée et architecte de cette vision. L’enjeu du mouvement 10 millions de nordistes A la simple observation de ce que vivent les populations du grand Nord au quotidien l’on comprend aisément que les hommes et les femmes de cette partie du Cameroun sont utilisés pour asseoir l’hégémonie du parti au pouvoir. D’ailleurs le Rdpc extériorise régulièrement sa fierté du fait que le Sahel constitue un « bastion imprenable » de son électorat. Mais pour quelle fin ? C’est fort de ce constat que le mouvement 10 millions de nordistes s’engage dans une vision d’ensemble bénéfique pour les pauvres populations du grand Nord. La logique de Guibal Gatama est fondée. Selon, les statistiques le chômage endémique touche 3 millions de jeunes du grand Nord. Les trois régions (Extrême- nord, Nord, Adamaoua) du septentrion n’enregistrent aucun hôpital régional ou central, 29% des jeunes du grand Nord n’a pas accès à l’éducation, un déficit de 16 000 salles de classe est chiffré bien que dans le même ordre des manquements les routes des régions sont impraticables. 56% de la population vit dans un état de pauvreté grave. À cela s’ajoutent le manque d’eau potable et l’absence d’un réseau électrique fiable. Autant de carences qui ont poussé quelques acteurs du grand Nord à former un noyau dur pour revendiquer les meilleures conditions de vie des populations. Toutefois le mouvement fait face aux caciques du régime originaires des lieux. La peur des élites du grand Nord Le ministre Paul Atanga Nji tente de s’appuyer sur les manoeuvres politiciennes de l’élite politico-administrative du grand Nord pour défendre sa décision. Leur crainte se résume à une répartition proportionnelle des richesses et fonds alloués pour les populations et qui serviraient d’un intérêt équitable pour tous. Aussi, la peur d’une idéologie ayant pour ambition de susciter l’éveil des consciences de la majorité rurale et pauvre inquiète une élite assoiffée par I’ extrême enrichissement et le désir de contrôler sans changement des positions d’argent et d’ influence dans la haute administration. Toutefois le mouvement 10 millions de nordistes se poursuit sur le terrain. Ses idéaux réussissent à convaincre bon nombre de citoyens camerounais réticents à cette volonté des élites de s’éterniser au pouvoir.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps