OUEST-MIFI:Le RDPC 'se déshabille dans les médias'

Chaque responsable de ce parti politique tente de faire endosser à l’un de ses camarades, la responsabilité de la douche froide essuyée dans ce département. Avec à peine 30% des suffrages favorables au candidat du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), à l’issue de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018, le département de la Mifi a été sur l’échiquier national, le plus faible contributeur à la victoire de Paul Biya. Loin de prendre cette débâcle comme un signal d’une urgente et profonde introspection, les cadres du parti au pouvoir dans la Mifi en ont plutôt vu un prétexte pour réveiller leurs vieux démons. Et ce qu’ils se disaient jusque-là dans un cadre restreint, est désormais sur la place publique. La première étincelle a été allumée par un certain Diderot Tada, connu comme proche et fervent supporter d’Emmanuel Nzété, Délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Bafoussam (Cub). Sur les antennes d’une radio locale lundi 29 octobre dernier, ce s’est indigné de ce qu’au cours d’une réunion d’évaluation de la participation du Rdpc au scrutin présidentiel, Joséphine Fokam, 2ème adjoint au maire de la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er, ait tenté de faire endosser au ‘’super maire’’ de Bafoussam la responsabilité de la contreperformance du Rdpc dans la Mifi. Il allait ensuite à la suite d’un grand déballage, présenter Joséphine Fokam comme l’actrice de la dégringolade du Rdpc dans la Mifi en général et à Bafoussam 1er en particulier en la décrivant comme « un caillou dans la chaussure du Rdpc ».

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App