[NOSO] Violents affrontements à Kumbo

L’opération baptisé « Bui 1 » qui a duré 8 jours a permis de « neutraliser plusieurs combattants sécessionnistes et de démanteler une fabrique d’armes traditionnelle ainsi qu’un camp d’entrainement. Bilan lourd des deux côtés. il s’agissait de nettoyer, selon l’armée, les poches de résistance des groupes armés séparatistes dans le département du Bui, dont le chef-lieu est Kumbo. Le commandant de la 5e région militaire, le général de brigade Nka Valère a salué les forces de défense et de sécurité à Kumbo après « une opération réussie » de 8 jours baptisée opération Bui 1. Les forces de défense et de sécurité conduites par le colonel Maliang Charles ont commencé leur mission à Bui le 23 février 2021. Pendant huit jours, elles ont pu déloger des camps séparatistes à Yelurn, Verkovi, Tatum, Nkor qui avaient un camp d’entraînement et Kumbo. . En présentant son bilan, le « commandant des troupes, le colonel Matiang Charles Alain, commandant de la 51e brigade d’infanterie motorisée, a déclaré que 12 combattants séparatistes avaient été tués au cours de ‘l’opération, plusieurs autres blessas en débandade et une centaine d’armes fabriquées localement récupérées. Armes fabriquées localement C’est tout un arsenal de guerre fabriqué sur place avec des matériaux de construction que l’armée a récupéré à l’issue de cette opération et présenté à la presse ce mardi à Kumbo. Ces combattants ont été en mesure de produire des armes à feu avec des capacités différentes. L’usine détruite a permis de récupérer des bouteilles de gaz, des compresseurs frigorifiques utilisés dans la fabrication des bombes artisanales. D’autres matériaux récupérés servaient à la fabrication des “kalachnikov » à longue portée qui peuvent cibler des véhicules à distance. Des batteries de motos, des câbles électriques, des moniteurs ont également été saisies. Ces outils, selon l’armée, servent à activer ces engins explosifs improvisés à distance. Comme ce fût le cas lors des autres opérations militaires, des gris-gris communément appelé Odeshi ont été récupérés, ainsi du chanvre indien. Le camp d’entraînement détruit s’appelait « Koutaba » par les groupes armés. Trois soldats tués L’opération a été menée par 400 soldats composés des éléments du Bir, de l’armée de l’air, du Brim, des éléments de Koutaba. Dès leur entrée dans le département du B,ui, ces soldats ont rencontré une vive résistance, enregistrant 3 morts et 7 blessés. Il s’agit selon le général de brigade Nka Valere d’un officier et de deux soldats tombés dans urje embuscade faite d’explosifs improvisés. Cet incident, selon le colonel. Matiang, ne les a pas dissuadés de s’installer dans le département du Btfi. Finalement, le général ambazonien surnommés Asan a été tué, les uniformes des forces de défense ambazoniennes et du commando de renseignement ambazonien et celui du groupe « chaussures noires d’Oku » ont été récupérés. Un bilan encourageant selon le général Nka Valère qui a déclaré que « les combats doivent se poursuivre jusqu’à ce que la paix totale revienne à Kumbo ». Il a en outre averti les soldats de respecter les lois d’engagement militaires et qu’il est inacceptable que des soldats tuent des innocents, mutilent, violent au cours des ‘opérations. Il a dit aux militaires de continuer à se battre tout en respectant les mesures barrières mises en place par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Le général Nka Valère a annoncé que l’opération “Bui clean » était en cours; les combattants séparatistes ayant été rééquipés il y a-quinze jours. Le préfet du Bui, Lanyuy Harry, a noté que les points chauds ont été identifiés et que les opérations de sécurité ont été intensifiées dans le département. Le rétablissement de l’ordre dans Kumbo en particulier est de plus en plus difficile à cause du relief de la localité.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps