[NOSO] Une journaliste de la CRTV kidnappée par des hommes armés à Buéa

En service à la station Crtv du Sud-Ouest, Fame Bonyuy Ayisse, a été enlevée dans la nuit du 13 mars 2021. C’est le Syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC), branche du Sud-Ouest qui a lancé l’alerte. Depuis le 13 mars dernier, notre consœur Fame Bonyuy Ayisse est en captivité. En service à l’office de télé et radio public Crtv, station régionale du Sud-Ouest, elle a été enlevée par des hommes armés et non identifiés sur le perron de son domicile familial à Muea (Buea), alors qu’elle rentrait du travail, a-t-on appris. Le lieu et les mobiles de son kidnapping restent pour l’instant inconnus. Mais selon des indiscrétions, ses ravisseurs qui seraient des combattants séparatistes, exigeraient la somme de 10 millions de FCFA pour sa libération. Le SNJC condamne cet acte qu’il qualifie d’inexplicable et exige sa libération immédiate et sans conditions. Il rappelle que le rôle du journaliste est d’avoir un œil sur la société et ses activités concourent à l’édification d’une société des libertés. Depuis le début de la crise anglophone il y a près de cinq ans, l’armée et les groupes séparatistes s’affrontent dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest. Les sécessionnistes réclament la création d’un Etat indépendant, «Ambazonie», tandis que Yaoundé est opposé à cette démarche. Cette guerre a crée une insécurité ambiante dans ces deux régions. Situation marquée par des kidnappings des civils assortis des paiements des rançons, lorsqu’ils ne spas simplement assassinés par leurs ravisseurs pour soupçons de collaboration avec l’armée. D’après l’ONU et ses agences humanitaires, le conflit anglophone a déjà causé plus de 3000 morts, près d’un million de déplacés et refugiés et plus de 500.000 élèves déscolarisés.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps