[NOSO] Une incursion séparatiste fait 12 morts

On dénombre des soldats et un employé d’Elecam parmi les victimes de ce drame. Un drame dans le nord-ouest Cameroun, plus précisément dans la localité d’Oku, département de Bui. Les circonstances de cet incident restent pour le moment un mystère. Parmi les victimes, l’on dénombre des soldats et un fonctionnaire d’Elecam. Une attaque revendiquée par un groupe séparatiste très actif à Oku. Les sources sur places parlent d’une embuscade tendue à l’armée camerounaise. L’incident malheureux a lieu le samedi 28 mars 2020. Ce fameux jour, le véhicule blindé de l’armée subit une attaque lors d’une embuscade. L’engin finit dans un ravin, huit personnes meurent malheureusement sur le coup. Quatre personnes sortent blésées de ce drame. Les séparatistes rapportent qu’ils ont tué par des tirs à bout portant quatre survivants qui voulaient s’extraire hors du ravin. Bataillon d’intervention rapide D’autres sources battent en brèche, la version des séparatistes. Pour certains témoins, le véhicule se retrouve dans un ravin à la suite d’un accident. C’est à ce moment que les séparatistes arrivent sur les lieux et achèvent par balles les survivants. Parmi les victimes, un personnel d’Elecam en mission, des soldats, dont un militaire de Bataillon d’intervention rapide (Bir). Du côté de Yaoundé pas encore de communication officielle sur l’incident. C’est depuis trois ans maintenant, que la crise perdure dans la zone anglophone. Après un Grand dialogue national organisé à Yaoundé fin octobre 2019, le président de la République accorde un statut spécial à ces deux régions anglophones. Malgré cela, la guerre perdure toujours, sur le terrain, les ambazoniens ne veulent plus de l’Etat unitaire, ils veulent leur part d’indépendance. Avec l’échec du Grand dialogue, plusieurs observateurs militent pour l’organisation d’un autre dialogue avec les leaders séparatistes pour une sortie du bourbier. Yaoundé ne cède pas pour le moment.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps