[NOSO]un responsable tué,cinq autres non retrouvés leur enlèvement

Série noire pour des officiels après leur kidnapping à Ndian par un groupe armé. Les autorités camerounaises confirment le décès du chef du ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Aménagement du territoire dans la ville de Ndian, dans le sud-ouest anglophone du pays. Ce dernier, qui a enlevé les six autres fonctionnaires de l’Etat enlevés par un groupe armé cette semaine, a été exécuté hier. Mabia Johnson Mudika a été assassinée en captivité par ses ravisseurs, selon des sources officielles. Son corps abandonné a été retrouvé ce vendredi, abandonné par les malfaiteurs. Jusqu’à sa mort, le défunt de 42 ans était adjoint départemental par intérim du ministère, de l’Aménagement et de l’Aménagement du territoire de Ndian, une localité de la région anglophone du sud-ouest où le conflit séparatiste fait rage. La victime est l’un des six responsables de l’Etat de Ndian qui ont été enlevés le 15 juin par un groupe armé du mouvement séparatiste anglophone. Ils ont été enlevés à Misore-Baue, un village du district d’Ekondo-Titi, près de Mundemba. Les six fonctionnaires s’étaient réunis au même endroit lors d’une sortie sur le terrain pour créer une démarcation afin de faciliter les travaux de pose des lignes électriques. Nous n’avons aucune nouvelle jusqu’à ce samedi des cinq autres, à savoir les responsables locaux des ministères des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement, de l’Eau et de l’Energie, des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie et le chef des domaines Ndian. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et vérifiée par les autorités camerounaises, un groupe séparatiste a revendiqué cet enlèvement et l’un d’entre eux réclame la libération de ces responsables détenus dans un lieu tenu secret. Le montant réclamé par les ravisseurs est de 6 milliards de francs CFA. Nwafua Lawrence Forwang, préfet de Ndian, et les forces de défense et de sécurité ont contacté les responsables kidnappés pour tenter en vain de les libérer. L’exécution de ce fonctionnaire de l’État a suscité l’indignation et la condamnation à travers le Cameroun. Ce n’est pas la première fois que des responsables sont kidnappés et exécutés depuis le début de la crise en 2016 dans la partie anglophone du Cameroun. Le 11 février 2018, Marcel Namata Diteng, sous-préfet de Batibo, a été kidnappé et exécuté par des séparatistes. Un mois plus tard, les séparatistes d’Animbom ont enlevé et exécuté Aaron Akiabom, représentant régional des affaires sociales pour le nord-ouest, l’autre région anglophone.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps