[NOSO] Un député Français en veut à la France

Le député Sébastien Nadot pense que son pays la France devrait cesser de se cacher derrière le principe de la non-ingérence pour ne pas intervenir pour la résolution de la crise anglophone. Le député Sébastien Nadot dénonce encore pour une énième fois, l’inaction de la France dans la crise qui sévit au Nord-Ouest et au Sud-Ouest depuis quatre années déjà. Dans les colonnes de notre confrère Mutations édition parue en kiosque ce jeudi 18 février 2021, le parlementaire affirme qu’en se mettant de côté, la France d’Emmanuel Macron passe à côté d’une occasion de présenter au monde son meilleur visage. «Si la France avait voulu mettre à l’agenda du Conseil de sécurité le conflit anglophone, elle l’aurait fait en juillet 2020. Elle n’a pas jugé opportun de le faire et a raté une première occasion de se montrer sous son meilleur jour. Le pouvoir exécutif français et sa diplomatie semblent avoir oublié que la première phrase de notre Constitution est la suivante: *le peuple français proclame solennellement son attachement aux droits de l’homme*. Le pouvoir français est figé, comme prisonnier de ses conservatismes pour être à l’initiative concernant le Cameroun anglophone», déplore le député Sébastien Nadot, qui est aussi membre de la Commission des affaires étrangères à l’Assemblée Nationale française. Le député Sébastien Nadot a un peu marre que la France se serve du principe de la non-ingérence pour justifier son inaction. A défaut d’agir pleinement, il souhaite que son pays soit du moins derrière une initiative visant à apporter la paix dans les deux régions anglophones. «Le passé colonial de la France et les dégâts français au Cameroun dans cet épisode lourd de notre histoire commune ne facilitent pas une action pleine et entière. Aussi, j’attends de Paris que, faute d’être à l’initiative, à minima, elle favorise un processus de résolution du conflit. Ce serait déjà un pas de franchi», a-t-il ajouté.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps