[NOSO] Un candidat du GCE Ordinary Level blessé par des sécessionnistes

Il a été blessé par balle, mardi dernier, à Bamenda pour avoir résisté à un enlèvement orchestré par des séparatistes. L’élève Ngwang Suh, un candidat au General Certificate of Education Ordinary Level, a échappé de justesse à la mort. Il a été blessé par balle, mardi dernier, à Bamenda dans le Nord-ouest pour avoir résisté à un enlèvement orchestré par des individus appartenant visiblement aux groupes séparatistes. L’information émane de la CRTV, l’organisme public camerounais de radio-télévision. Blessé par balle « J’ai pris peur et je me suis cachée. C’est en ce moment que les enfants qui rentraient se sont retournés et m’ont dit que les séparatistes voulaient kidnapper Ngwang Suh qui s’est opposé et a reçu une balle», a déclaré Ndong Djenaga Nambi. C’est la proviseure du Lycée bilingue de Bamenda. Selon des indiscrétions, la blessure de Ngwang Suh n’était pas si grave. D’ailleurs, il est revenu le 12 août 2020 soit au lendemain de son attaque pour poursuivre son examen. Le réconfort du préfet de la Mezam Informé de l’incident, Simon Mooh le préfet du département de la Mezam a fait une descente au Lycée. L’autorité administrative a tout d’abord apporté son réconfort à la victime. Il a prescrit sa prise en charge médicale. Ensuite il a soutenu moralement des autres élèves candidats et des examinateurs. Simon Mooh a rassuré que les examens allaient se poursuivre dans les 3 arrondissements de la ville de Bamenda avec un dispositif sécuritaire renforcé. Les séparatistes imposés le boycott des établissements scolaires Il y a deux ans (2018), 79 élèves étaient enlevés à la veille de la prestation de serment du président de Paul Biya. Le kidnapping s’était produit dans la région du nord-ouest du Cameroun. Outre les élèves, le principal de la Presbyterian Secondary School de Bamenda, un enseignant et un chauffeur avaient également été enlevés par des hommes armés non identifiés. Dans les deux régions anglophones du Cameroun, une crise sociopolitique sans précédent s’est installée fin 2016. Les séparatistes, à un moment, avaient décrété un boycott des établissements scolaires. Supputant que le système scolaire francophone marginalise les étudiants anglophones.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App