[NOSO ]trois agents de la commune de Bamenda 2 kidnappés

Ils ont été enlevés le 3 février 2021 par des présumés combattants séparatistes.On est toujours sans nouvelle des trois agents communaux de l’arrondissement de Bamenda 2. D’après des sources concordantes, ils ont été enlevés dans la capitale régionale du Nord-Ouest, alors qu’ils fermaient les commerces qui ont respecté le mot d’ordre de ville morte « Ghostown » imposé par les combattants séparatistes. Dans une vidéo qui fait le tour de la toile, l’on voit ces agents, torses nus, assis au sol et verbalement menacés par leurs ravisseurs. Ces derniers leur reprochent de violer « la loi » de leur république virtuelle d’Ambazonie, en scellant les boutiques des commerçants qui respectent les villes mortes.Ils narguent ces agents communaux en leur disant que l’armée est incapable de les protéger. Difficile pour l’instant d’imaginer le lieu de leur détention et le sort qui est réservé à ces agents. Leur exécution n’est pas à écarter par les séparatistes qui ont par le passé puni sévèrement ceux qui ne respectent pas leurs consignes. Depuis le début de la crise anglophone il y a plus de quatre ans, les combattants séparatistes ont imposé les villes mortes dans les villes des deux régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest pour défier les autorités. Des actions qui rendent la vie difficile aux populations et paralysent l’économie des deux régions. Ces villes mortes sont plus ou moins suivies par des commerçants qui craignent les représailles des séparatistes en cas du non-respect du mot d’ordre. Les autorités administratives qui s’opposent à ces « Ghostown », appellent constamment les populations à vaquer à leurs occupations. Mais surtout les commerçants à ouvrir leurs commerces, au risque de les sceller s’ils jouent le jeu des séparatistes. Il y a près de deux semaines, le maire de Bamenda, Paul Achabong, lançait un nouvel appel aux commerçants d’ouvrir leurs boutiques tous les lundis. Mais le kidnapping des agents communaux de Bamenda 2 risque de compromettre la volonté des commerçants à ouvrir leurs boutiques.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps