[NOSO]terreur des sécessionnistes dans le Bamboutos

Dans la matinée du mercredi 14 juillet 2021, le poste mixte de Zavion a été attaqué par des individus soupçonnés d’être des combattants séparatistes. Le Département des Bamboutos est manifestement devenu l’une des cibles privilégiées des sans foi ni loi qui opèrent dans la Région du Nord-Ouest. Victime le 30 avril dernier d’une attaque perpétrée au poste mixte de Menfoung dans l’arrondissement de Galim, cette partie de la Région de l’Ouest vient de subir un nouvel assaut. Cette fois-ci c’est la localité de Zavion dans l’Arrondissement de Babadjou qui a été visée. Selon nos sources, autour de 8 heures 30 min mercredi 14 juillet dernier, les populations qui sortaient à peine de leur sommeil ont été surprises par des crépitements des armes. Il s’agissait en effet des échanges de tirs entre les éléments des forces de l’ordre et une vingtaine d’assaillants voulant en découdre avec les éléments du poste mixte de Zavion, non loin de l’école publique de ce village. Au bout de cette attaque qui a duré une trentaine de minutes, deux éléments de la gendarmerie nationale vont passer l’arme à gauche. Le premie, Pierre Garba, maréchal de logis chef, est en service à la Brigade de gendarmerie de Babadjou. La seconde victime est le gendarme major Reynald Assong du Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale (Gpign). Outre le décès de ceux gendarmes, le bilan est également lourd en termes de logistiques emportées. Selon nos informations, les assaillants soupçonnés d’être des combattants séparatistes partis de la Région du Nord-Ouest voisine, notamment de Santa, ont fondu dans la nature en amenant les armes de leurs victimes et bien d’autres. Une battue sur le chemin emprunté par les assaillants a permis de retrouver des munitions ainsi que des motos. Descendu sur le lieu de l’attaque, le Gouverneur de la Région de l’Ouest a appelé à la collaboration de la population pour mettre en déroute ces hors-la-loi. De même, Awa Fonka Augustine a donné des directives visant à mieux sécuriser la localité. Ce n’est pas la première fois que ces visiteurs d’une autre espèce passent par Zavion. Le 5 février 2019, le lycée bilingue de cette localité avait déjà accueilli un groupe armé autour de 14 heures. Armés de fusils de guerre, les membres de ce groupe avaient mis le feu sur les bâtiments abritant le service administratif et la bibliothèque. Outre ces installations, d’autres biens matériels, notamment des véhicules appartenant aux responsables du lycée et aux élèves, avaient été réduits en cendres.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps