[NOSO] Les violences s'aggravent et inquiètent

L’aggravation de la violence dans les régions anglophones du Cameroun fait de plus en plus de victimes parmi les civils, avec de nouvelles attaques contre des écoles et une série d’incidents impliquant des engins explosifs improvisés (Eei) et des exécutions extrajudiciaires documentées ces derniers mois. Dans l’ensemble, l’Onu estime que trois millions des quatre millions d’habitants du Nord- Ouest et du Sud- Ouest du Cameroun ont été touchés. Le conflit anglophone a commencé à la fin de 2016 lorsque les forces de sécurité gouvernementales ont utilisé la force meurtrière pour réprimer tes marches pacifiques d’avocats et d’enseignants qui protestaient contre la marginalisation perçue par le gouvernement majoritaire francophone du pays. En réponse, plus de 30 groupes séparatistes armés se sont formés pour lutter, pour une-nation indépendante qu’ils ont appelée, Ambazonie. Un gouvernement intérimaire autoproclamé d’Ambazonie a également vu le jour et est dirigé en grande partie par des Camerounais anglophones vivant en Europe et aux États-Unis. Les séparatistes sont connus localement comme «les garçons» et se considèrent comme des «restaurateurs» ou des «combattants de la liberté». Les représentants du gouvernement camerounais les qualifient de «terroristes» dans leurs déclarations publiques. Au moins 4000 civils ont été tués à ce jour dans les régions anglophones, un bilan qui dépasse celui, de la région de l’Extrême- Nord du pays où Boko Haram mène une campagne armée depuis 2014. Évolution de la dynamique des conflits Au cours des premières années . du conflit, il y avait un «cycle de violence» clair, selon Chris Fomunyoh, associé principal et directeur régional pour l’Afrique centrale et occidentale au National Democratic Institute. Chaque fois que les groupes armés ont attaqué les militaires et que quelqu’un en uniforme a été tué, les militaires se rendent dans ce voisinage ou dans ce quartier* à la poursuite des garçons »et fauchent des civils». Cependant, au cours de l’année écoulée, le nombre d’affrontements entre les groupes séparatistes et les forces de sécurité a diminué alors qu’il y a eu une augmentation des attaques contre des civils, selon des données rassemblées par les Nations Unies et le projet Armed Conflict Location and Event Data (Acted). «La dynamique [du conflit] continue de changer chaque jour», a déclaré Esther Njomo, une défenseure des droits humains basée dans la région du Sud- Ouest. Les groupes séparatistes, en particulier, ont intensifié les attaques ciblées contre les civils et les travailleurs humanitaires, a déclaré Njomo. Depuis janvier 2021, les séparatistes sont accusés d’avoir enlevé uu médecin local,, incendié des infrastructures publiques, telles que des marchés et des bureaux de poste, et tué au moins cinq civils, selon les médias et des Ong. Le 13 février, des séparatistes présumés ont tué trois chefs de village traditionnels et enlevé 30 civils. Dans le même laps de temps, les séparatistes ont également mené au moins 27 attaques impliquant des engins piégés dans 13 villes des deux régions, plus que toutes les années précédentes du conflit combinées, selon les rapports de l’Onu et les données de l’Acled. Les attaques avec des engins piégés ciblent généralement le personnel militaire, les convois et les bâtiments. Douze attaques documentées ont eu lieu à Bamenda, la capitale de la région du Nord- Ouest. Au moins 10 membres du personnel de sécurité du gouvernement ont été tués et quatre civils blessés dans ces attaques. Dieudonné Fombat Forbah, porte-parole des forces de restauration d’Ambazonie. un groupe séparatiste lié au gouvernement intérimaire, a nié que des groupes impliqués dans le mouvement séparatiste aient procédé à des enlèvements ou tué des civils. «En ce qui concerne les led, je ne sais pas si nos gens sont capables de les fabriquer. Cependant, nous nous défendrons par tous les moyens possibles, conformément au droit international, nous- mêmes aussi longtemps que durera ce colonialisme et ce génocide », a déclaré Dieudonné. Selon des Ong locales et internationales, les forces de sécurité gouvernementales ont également été accusées de piller des villages, de brûler des maisons et d’arrêter et de tuer arbitrairement des dizaines de civils. En janvier, les forces militaires ont attaqué le village de Mautu dans la région du sud- ouest et tué neuf civils, dont une femme et un enfant, a déclaré Human Rights Watch. Un mois plus tard, une vidéo des forces de sécurité gouvernementales battant brutalement le frère d’un séparatiste présumé dans une ville appelée Ndu a circulé sur les réseaux sociaux. La condamnation généralisée de la vidéo a conduit le gouvernement camerounais à arrêter huit officiers impliqués. Un porte- parole de l’armée camerounaise a refusé de commenter la crise persistante. De nouvelles attaques contre les écoles en octobre 2020, la levée des fermetures d’écoles liées à la pandémie Covid- 19 a déclenché de nouvelles attaques contre tes établissements d’enseignement. Entre octobre et décembre 2020, l’Onu a enregistré 35 attaques contre des écoles, dont «le meurtre, la torture et l’enlèvement d’étudiants et d’enseignants, ainsi que l’incendie, criminel d’établissements scolaires», selon un rapport interne fourni à Al Jazeera. Parmi ces attaques, 30 ont été menées par des groupes séparatistes, entraînant 10 morts parmi les civils et 67 enlèvements. Les cinq autres incidents impliquaient les forces, de sécurité gouvernementales, y compris la «décharge accidentelle d’armes» près des écoles et ont fait cinq blessés civils. Les écoles ont été le principal point d’attaque depuis le début du conflit lorsque les séparatistes ont appelé au boycott de l’éducation pour attirer l’attention sur l’utilisation accrue du français en classe et sur le recours à des enseignants francophones monolingues. Human Rights Watch a précédemment documenté que des séparatistes ont incendié des écoles et attaqué des étudiants et des membres du personnel qui ne respectaient pas l’interdiction. Dieudonné a nié que les séparatistes n’aient jamais interdit la fréquentation scolaire. «Nous n’avons cessé de dire que la situation en matière de sécurité n’offre pas un environnement propice à la scolarisation. » Il a également nié que des groupes liés au mouvement séparatiste n’aient jamais attaqué des écoles. Vers un État fragile Autrefois considéré comme un phare de stabilité en Afrique centrale, le Cameroun est aujourd’hui confronté à trois crises humanitaires prolongées. En plus du conflit anglophone, le Cameroun a du mal à répondre à un afflux de plus de 200 000 réfugiés dans ses régions de l’Est. de l’Adamaoua et du Nord en provenance de la République centrafricaine voisine. Dans la région de l’Extrême- Nord, il y a eu un pic d’attaques menées par Boko Haram. Les États- Unis, principal partenaire de défense du Cameroun, ont réduit leur financement de l’assistance militaire en raison des violations persistantes des droits de l’homme dans le pays ces deux dernières années. L’International Crisis Group a également documenté «la montée des tensions ethnopolitiques» après les élections présidentielles controversées de 2018 opposant l’ethnie Bulus, à laquelle appartient le président de longue date Paul Biya, et le peuple Beti étroitement lié au peuple Bamileke, auquel le principal opposant de Biya, Maurice Kamto, appartient. «L’état de fragilité du Cameroun en tant qu’État a augmenté de façon exponentielle pendant cinq ans», a déclaré Fomunyoh. «Je ne vois pas d’exutoire facile à court et moyen terme à moins qu’un règlement politique ne soit trouvé rapidement. »

Website to visit

Social

  • Mobile Apps