[NOSO]les secessionnistes exhibent les armes arrachées spirituellement aux militaires

• Les affrontements ont eu lieu dans les commune de Eyumojock et Nsanakang situées dans le Sud-ouest • Les combattants ont attaqué un poste militaire à Nsanakang • Le bilan de cette attaque n'est pas connu Les combattants sécessionnistes d'Ambazonia ont présenté des "trophées de guerre" suite aux affrontements qui ont eu lieu à Akwen dans les communes de Eyumojock et Nsanakang situées dans le Sud-ouest. En effet, les combattants qui ont attaqué un poste militaire à Nsanakang ont déclaré avoir récupéré tous les biens des éléments des forces gouvernementales qui s'y trouvaient. L'incident s'est produit le 2 août 2021. Ceux qui ont attaqué le poste de contrôle d'Akwen ont déclaré qu'ils s'étaient préparés spirituellement à la mission et qu'ils n'y étaient allés physiquement que pour récupérer les armes. "Nous ne savons pas combien sont morts, nous reviendrons pour attaquer le camp", a déclaré l'un des commandants. Les informations sur la mort du célèbre chef de guerre sécessionnistes anglophone "General NO Pity" continuent de défrayer la chronique. En effet, selon des sources sécuritaires, le "General NO PITY" et plusieurs de ses combattants ont été tués dans la localité de Bambalang située dans le département du Ngoketunja, dans la région du Nord-ouest suite à de violents affrontements armés. Cette information vient d'être démentie par les sécessionnistes à travers un communiqué. Ces derniers accusent l'armée camerounaise d'avoir divulgué ces informations "intentionnellement pour provoquer le redoutable Field Marshall NO PITY à faire une vidéo afin que la République du Cameroun puisse suivre sa cachette". Ils profitent de cette occasion pour appeler les combattants sécessionnistes à plus de vigilance et leur conseille "d'éteindre la localisation de leurs téléphones pour des raisons de sécurité". Il faut souligner que, contrairement à leurs habitudes, les sécessionnistes n'ont pas accompagné ce démenti d'une vidéo du "General NO Pity", ce qui suscite des interrogations sur la véracité de l'information. La rédaction de CamerounWeb vous propose ci-dessous l'intégralité du communiqué

Website to visit

Social

  • Mobile Apps