[NOSO]les chauffeurs de taxi menacent de prendre les armes

Certains chauffeurs de taxi à Bamenda ont juré de se déplacer dans les buissons pour rejoindre les hommes armés qui luttent pour le rétablissement de l'indépendance du pays qu'ils appellent Ambazonia. Les chauffeurs de taxi à Bamenda disent qu'ils pourraient être contraints à la brousse après le harcèlement militaire persistant.Les chauffeurs se disent fatigués du harcèlement indescriptible auquel ils sont soumis par des agents de sécurité armés aux dents, dont le seul intérêt est de saigner les poches des chauffeurs de taxi. Cela s'explique par le fait que le harcèlement militaire a augmenté dans le centre-ville de Bamenda et ses environs.«Les soldats mettent les chauffeurs et les passagers sous la menace d'un pistolet pour leur extorquer de l'argent. Un garçon a été invité à un point de contrôle à Akum à donner 5 000 FCFA simplement parce que l'armée le soupçonnait d'être un escroc », a déclaré un chauffeur de taxi.Un autre a raconté à Mimi Mefo info: «Un garçon a été harcelé à Mile Two Nkwen Bamenda en raison de son style vestimentaire et tout ce dont ils avaient besoin, c'était de l'argent. Ils nous harcèlent et harcèlent également nos passagers. Je ne sais pas pourquoi ce sont les soldats qui contrôlent la circulation, les documents de voiture et les cartes d'identité. Quel est le rôle de la police? La plupart des cyclistes reçoivent le même traitement.«Les militaires harcèlent également les hommes d’affaires en ville. Ils forcent les vendeurs de nourriture et les techniciens à leur donner de la nourriture ou de l’argent avec des armes et des masques effrayants sur le visage. »

Website to visit

Social

  • Mobile Apps