[NOSO]le nouveau centre de désarmement,démobilisation et réintégration de Bamenda inauguré

L’infrastructure est bâtie sur 23 ha. Elle a coûté 1,2 milliard de FCFA et a une capacité d’accueil de 1000 personnes. Le nouveau centre de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) a été inauguré le 10 avril 2021. C’était en présence de Faï Yengo Francis, coordonnateur du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR), qu’assistaient les autorités administratives de la ville et élites du Nord-Ouest, parmi lesquelles l’ancien Premier ministre, Philémon Yang. Situé dans l’arrondissement de Bafut, non loin de Bamenda, le nouveau centre DDR est bâti sur une superficie de 23 ha. Il comprend 6 dortoirs de 80 lits chacun, 2 grands ateliers d’apprentissage, six résidences, un réfectoire de plus de 1000 places, deux blocs toilettes, une infirmerie, une dizaine de bâtiments abritant d’autres services d’accompagnement et un complexe polyvalent de sports. Il a coûté à l’Etat et ses partenaires, 1,2 milliard de FCFA. Le complexe polyvalent ultramoderne a une capacité d’accueil de plus de 1000 pensionnaires et jouit d’une autonomie en eau et en énergie. Il attend d’être équipé pour accueillir ses premiers occupants. Faï Yengo Francis a indiqué chez nos confrères de la Crtv, que les futurs pensionnaires du centre vont apprécier ce geste du chef de l’Etat à leur endroit, puisqu’ils seront les seuls à en bénéficier. Son inauguration s’inscrit dans la dynamique de l’Etat de construire trois nouveaux centres DDR dans le Sud-Ouest, le Nord-Ouest et l'Extrême-Nord. Créé en 2018 par le président Paul Biya, le CNDDR vise à donner une seconde chance aux jeunes enrôlés dans les groupes armés. D’après le coordonnateur du CNDDR, les trois centres du CNDDR comptaient en novembre 2020, 500 ex-combattants de Boko Haram et anciens membres de milices séparatistes en cours de réinsertion.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps