[NOSO] Le calvaire des déplacés vivant à Bélabo

Les ressortissants de la région du Sud-ouest résidants dans cette unité administrative, réunis au sein de l’association dénommée South West Family Meeting, ont’lancé un appel à l’unité. Les ressortissants de la communauté de la région du Sud-ouest, résidant dans 1‘arrondissement de Dimako réunis au sein de leur association dénommée « South West Family Meeting » en abréviation Swefam, ont exprimé leur raz- le-bol des atrocités et barbaries qui se passent dans les deux régions anglophones du pays. Ils ont fait entendre leurs voix à Bélabo le 1er juillet 2019 dernier au terme d’une assemblée générale de cette communauté: Cette communauté a saisi cette opportunité pour réaffirmer son engagement à la promotion du vivre ensemble et surtout la sauvegarde de l’unité nationale, des valeurs que prône jalousement le gouvernement de la république. « Nous voulons dire à tous nos frères qui sont derrière cette incompréhensible et inqualifiable crise que l’histoire de notre pays n’a pas changé. Nous sommes un peuple,, une nation, et donc des frères. Nous diviser ne nous aidera pas ; au contraire cela nous rend vulnérable » martèle John Niba, le président de Swefam à Bélabo. Les membres de cette association dénoncent les abus et surtout le désastre que cette crise a déjà causé dans les nombreuses familles des deux régions. « Aujourd’hui, je suis devenue revendeuse de légumes ici à cause de cette crise. J’ai dû fuir mon village après avoir vu mon époux Sakhu Henry tué et mon fils aîné par les hommes armés qui voulaient les obliger à les suivre. Ma maison a été brûlée, et j’ai été obligée d’abandonner ma boutique voilà comment je me retrouve ici » se souvient madame Sakhu Orian, des tristes souvenirs qu’elle relate avec les larmes aux yeux et le cœur meurtri, puisqu’elle a abandonné sa boutique et leur maison avait été brûlé. Au sein de la communauté des ressortissants du Sud -Ouest, résida dans la ville pétrolière de l’Est, des dispositions sont prises pour atténuer la propagation de toutes, velléités sécessionnistes : « Tous ceux de nos membres dont les intentions présenteront quelques signes particuliers seront systématiquement traduits devant l’instance de notre assemblée où certains problèmes sont débattus. Je puis vous assurer que nous n’admettrons pas des velléités de division ou de sécession. Puisque notre devise c’est Unité, solidarité développement, en rapport avec la grande association dont le siège est à Buea » indique le président de Swefam de Bélabo. Tous les dimanches lors des rencontres hebdomadaires, la « South West Family Meeting » sert à ses membres les messages de paix, d’appel à l’unité et bien d’autres qui militent en faveur d’un retour à la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest. Des sources proches de la police à Bélabo, nous apprenons qu’il y a au sein de chaque communauté, un dispositif pour alerter toutes présences suspectes, ou toute attitude tendant à démontrer l’appartenance aux groupes dont le motif avéré est la déstabilisation. Notre source ajoute aussi, qu’un comité de veille est activé pour sensibiliser les membres par rapports aux messages véhiculés dans les réseaux sociaux. Sur ce point précis conclut John Niba : « Nous savons que l’enrôlement se fait aujourd’hui à travers les réseaux sociaux. Nous avons demandé aux membres de surveiller les outils de communications qu’utilisent nos enfants qui sont la cible de ces ennemis de la patrie », précise John Niba.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps