[NOSO] l'école reprend enfin à Bafut !

L’appui du Fon, des élites et du maire ont facilité cette reprise dans cette localité épicentre du mouvement séparatiste « Ambazonien » L’éducation des enfants est devenue la principale préoccupation des populations des deux régions anglophones du Cameroun avec la crise sociopolitique dans cette partie depuis 2016. La désobéissance civile, les affrontements, les enlèvements et les appels au boycott scolaire ont contraint des enfants à rester non scolarisés pendant quatre ans déjà. Aujourd’hui la tendance est en train de s’inverser. Les étudiants et les parents bravent de plus en plus ces obstacles pour offrir une chance à leurs enfants, en leur permettant d’obtenir une éducation malgré les troubles sociopolitiques en cours dans l’arrondissement de Bafut. Le cas de l’arrondissement de Bafut, communément appelé « Bagdad », uh nom qui témoigne de l’hostilité du mouvement séparatiste dans cette zone mérite de s’y attarder. D’abord, c’est dans cette zone que le mouvement séparatiste est le plus actif. Deuxièmement, les grands chefs » Ambazoniens » ont élu domicile dans cette localité, avec à leurs actifs des enlèvements d’élèves par le g’énéral Aladji, les meurtres, et les camps d’entraînement. Le Fon de Bafut, sa majesté Abumbi, est aujourd’hui l’unique, ou presque l’un des rares chefs traditionnels à résider encore dans son palais à Bafut. Durant cette campagne de reprise des cours dans les écoles à Bafut, le Fon lui-même à accorder son soutien à cette initiative, une première depuis quatre ans de crise. Pour soutenir cette initiative de retour à l’école, les élites de l’arrondissement aux rangs desquels Madame Mejang née Tabod Jacqueline inspecteur général au ministère de la fonction publique et de la réforme administrative et la mairie ont soutenu les enfants scolarisés avec du matériel didactique. Ceci, pour faciliter leur processus d’apprentissage et pour soulager le stress des parents qui envoient leurs enfants à l’école. La distribution de ce matériel didactique a eu lieu au marché de Bafut vendredi 30 octobre dernier. Plus de 700 élèves de la maternelle au secondaire en passant par le primaire se sont convergés vers ce marché pour bénéficier de ce don. Une toute première de voir un tel engouement des enfants de Bafut depuis 2016. Selon Mandame Mejang, «le reste du matériel sera distribué dans les écoles pour les élèves qui n’ont pas pu faire le déplacement» Ngwakongoh Lawrence, maire du conseil de Bafut, a félicité la reprise des écoles et a exhorté les autres qui sont chez eux, à rejoindre la caravane de. la rentrée scolaire. «Je tiens à dire qu’aujourd’hui est un jour très heureux dans ma vie pour voir que la communauté Bafut est venue pour recevoir ces cadeaux de retour à l’école que nous avons apportés. Cela montre qu’ils veulent tous aller à l’école» «Même si les écoles ne fonctionnent pas à 100%, au moins 70% des écoles ont ouvert leurs portes, nous utilisons donc toujours ce moyen pour implorer les élites de Bafut de se joindre à nous afin que nous puissions continuer à envoyer ce message de retour à l’école. L’éducation est le seul bien qu’un parent puisse donner à un enfant, alors ne relâchons pas nos efforts d’éducation de nos enfants car lorsque vous éduquez un enfant, vous enrichissez la famille», a déclaré le maire. Cette cérémonie de remise sw la place du marché de Bafut ce vendredi 30 octobre 2020 a aussi vu la participation des notables de la chefferie. Le maire Ngwakongoh a alors mis en garde les villageois qui refusent les enfants d’aller à l’école. Il dit que l’avenir de l’enfant Bafut sera sombre «Ceux qui refusent que les écoles ne doivent pas aller devraient aussi comprendre qu’ils disent cela parce qu’ils sont éduqués, s’il n’etait pas, ils n’auront pas su comment construire une seule phrase donc ce ne sera pas bon même aux yeux de Dieu de voir qu’ils interdisent à leurs propres enfants et à ceux des autres d’aller à l’école. Si cela continue, cela montre que Bafut n’a pas d’avenir». En présence de notables, des cartables ont été remis aux enfants contenant, des cahiers, des stylos, des crayons, cache-nez, une gomme à effacer, des règles et tout’autre matériel scolaire. Les parents ont reçu du savon, des seaux, du sel et des produits alimentaires pour nourrir à leur tour les enfants scolarisés. Des bourses ont été attribuées aux enfants qui se sont distingués lors du FSLC (CEP) et du concour d’entrée en sixième, une promesse faite par le maire au début des examens. Satisfaction du Fon et des récipiendaires «Je suis très content de recevoir Madame ici au Palais. Elle est venue apporter de l’aide aux populations et des enfants ayant l’âge de fréquenter une école. C’est un grand geste surtout en ce moment où les temps sont difficiles pour les parents. Je prie que cette initiative continue pour une éducation de qualité pour nos enfants», a déclaré Fon Abumbi de Bafut à mne Mejang. Réagissant toujours aux cadeaux reçus, une mère a déclaré à La Nouvelle Expression : «Nous sommes satisfaits de ces articles qui nous ont été donnés. Pour ma part, je pensais à la façon dont j’enverrais mon enfant à l’école. Le peu que j’avais ramassé sera maintenant utilisé pour d’autres nécessités. Mon enfant est à la maison depuis trop longtemps et je me sentais plutôt coupable.» Les cadeaux ont été donnés par les élites et la mairie de Bafut, à la suite du nombre massif d’étudiants dans les écoles. Bafut a été l’une des zones fortement touchées par la crise, le boycott scolaire en raison des activités séparatistes et a subi de nombreux dommages. Même les récents incidents ayant conduit à l’assassinat de sept élèves à Kumba n’a pas empêché l’engouement de certains à continuer à aller à l’école.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App