[NOSO] L'armée dément des exactions sur des civils en début juin au Nord-Ouest

Information donnée par le colonel Cyrille Serge Atonfack, chef de la division de la Communication au ministère de la Défense. Le capitaine de vaisseau a d’ailleurs publié un communiqué à cet effet. Ce jeudi 10 juin 2021, l’armée camerounaise a publié un communiqué dans lequel elle dément les exactions commises sur les personnes civiles dans la région du Nord-Ouest. Cette sortie est relative à plusieurs dénonciations des ONG mais aussi certains médias. Pour le Chef de la division de la Communication au ministère de la Défense, le capitaine de vaisseau Cyrille Serge Atonfack, l’armée camerounaise n’a rien à voir aussi avec les accusations d’enlèvement attribuées aux forces de défense et de sécurité dans l’arrondissement d’Ako, département du Donga-Mantung le 2 juin 2021, que celles de Bafanji le 5 juin 2021. « Il n’en est rien. Absolument rien », affirme Cyrille Serge Atonfack. D’après ce dernier, l’armée camerounaise n’a fait que riposter à une attaque des terroristes de l’Ambazonie. « En effet, le mardi 1er juin 2021, des éléments du 52ème Bataillon d’Infanterie Motorisée de Nkambe en patrouille pédestre de reconnaissance sont tombés sur un camp d’entrainement et d’aguerrissement terroriste aux abords du village Ekuru », lit-on dans le communiqué. Bafanji « Pris de panique, les rebelles ont immédiatement ouvert le feu sur les éléments des forces de défense dont riposte a été vive et énergique. Le bilan au terme de ce violent accrochage est de 4 terroristes neutralisés et d’autres en fuite, plusieurs armes, accessoires et munitions de guerre récupérés », poursuit Cyrille Serge Atonfack. Pour ce qui est des évènements survenus à Bafanji dans l’arrondissement de Balikumbat, département du Ngokétunjia, il s’est encore agi d’une riposte des soldats à la suite d’une attaque des terroristes. « Ces terroristes avaient entrepris une opération d’extorsion d’argent auprès des populations pour l’achat des armes, et qui ont pris la poudre d’escampette à la vue des militaires, non sans leur tirer dessus. Cinq parmi eux ont été appréhendés, et du matériel de guerre saisi », poursuit-il déplorant au passage, « un nouvel assaut de désinformation et d’intoxication de l’opinion par des ONG et des médias, dans le seul but de jeter l’opprobre sur l’armée », a-t-il indiqué

Website to visit

Social

  • Mobile Apps