[NOSO] Fête de la jeunesse : le contre-pied du gouvernement aux séparatistes

Les séparatistes de la république virtuelle d’ambazonie ont annoncé le mot d’ordre de ville morte dès ce lundi 8 février et ce jusqu’à 11 février 2021, dans les régions anglophones. Mais il n’y aura plus de défilé le 11 février pour la Fête de la Jeunesse au Cameroun pour cause de pandémie . Afin de boycotter la 55e édition de la fête de la jeunesse qui se célèbre ce jeudi prochain sur l’étendue du triangle national, les séparatistes de la république virtuelle d’ambazonie ont annoncé le mot d’ordre de ville morte dès ce lundi 8 février et ce jusqu’à 11 février 2021, dans les régions anglophones. Mais il n’y aura pas de défilé le 11 février pour la Fête de la Jeunesse au Cameroun pour cause de pandémie de la. L’annonce ce jour du ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, Mounouna Foutsou. Avec l’annulation du défilé initialement prévu sur toute l’étendue du territoire national, les sécessionnistes vont-ils maintenir leur mot d’ordre de désobéissance civile? Une annonce assortie des menaces de représailles sur les personnes qui iront au défilé dans ces deux aires géographiques. En effet, la suite des manifestations de la fête de jeunesse sera essentiellement centrée sur les activités en mode virtuel et celles en présentiel n’entrainant pas une forte mobilisation. Les activités du village jeunesse Le ministre Mounouna Foutsou précise que seules les activités du village jeunesse à mobilisation réduite continueront à se dérouler en partie en présentiel, dans le strict respect des mesures barrières. Bien plus les autres activités de la 11ème fête de la jeunesse se tiendront essentiellement en mode virtuel tel que prévu dans le programme national harmonisé : « Au regard de ce contre-pied du gouvernement, la question qui taraude les esprits au sein d’une bonne frange de la population dans le Nord-ouest et le Sud-ouest est celle de savoir si les séparatistes maintiendront leur mot d’ordre. Le faire serait continuer à punir infirment une population déjà désemparée et appauvrie par quatre années de crise sociopolitique et sécuritaire. », analysent nos confrères du quotidien Le Messager en kiosque ce lundi 8 février 2021.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps