[NOSO] Dix ambazoniens tués au cours d'un raid de l'armée à Bamenda

L’armée camerounaise a lancé le 29 février dernier, un raid destiné à des miliciens. Dix d’entre eux ont ainsi été tués dont celui que l’on surnomme le général Fire, un important chef de groupe armé. A noter que des armes, des munitions et des véhicules ont aussi été récupérés. Alors que les critiques ont fusé (et fusent encore) de partout depuis l’attaque du village de Ngarbuh dans le Nord-Ouest le 14 février 2020 ayant fait une vingtaine de morts selon la majorité des bilans, l’armée camerounaise a réussi à remporter une bataille contre des milices séparatistes opérant en zone anglophone. Au cours d’un raid terrestre mené le 29 février 2020 par l’Opération Alpha à Bamenda, capitale régionale du Nord-Ouest, dix miliciens, communément appelés ‘‘Ambazoniens’’ ont été tués, parmi lesquels le dénommé général Fire, un important chef de groupe armé. Le général de brigade et commandant de la 5ème région militaire interarmées, Valère Nka d’indiquer qu’au cours de la même opération « plusieurs armes ont été récupérées parmi lesquelles les AK47, cinq bonbonnes, un otage libéré et deux véhicules trouvés sur le site ». La même détermination à conserver en vue de la reprise partielle des élections au NoSo Ce raid, a-t-on appris, faisait suite à l’assassinat d’un militaire et d’un civil par les séparatistes. Un casque et un gilet, appartenant au soldat tué, ont été récupérés. Le général Valère Nka a recommandé le même sérieux à ses troupes en vue de la reprise partielle des élections dans 10 circonscriptions du Nord-Ouest.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps