[NOSO] Crimes de Ngarbuh : les images satellites enfoncent le gouvernement

Human Rights Watch affirme disposer des preuves qu’il s’agissait d’un massacre délibéré des civils. Son rapport est attendu cette semaine. Dans un entretien accordé à la télévision française TV5 Monde Afrique, llaria Allegrozzi, chercheuse senior à Human Right Watch (Hrw) en Afrique centrale, annonce que dans le r.apport que l’Ong dont elle est membre va publier cette semaine, apportera des éléments qui attestent que ce qui s’est passé dans le village de Ngarbuh n’a pas été un « incident malheureux » comme les autorités camerounaises ont soutenu. « Nous sommes en mesure d’apporter des éléments crédibles qui montrent comment la version du gouvernement ne résiste pas à l’examen tant pour ce qui concerne le nombre des victimes que pour ce qui concerne la dynamique de l’incident », a déclaré, toute confiante, llaria Allegrozzi. Dans leur enquête, la chercheuse senior indique qu’ils ont parlé à plus d’une vingtaine de personnes parmi lesquelles des témoins oculaires. Selon ces derniers, précise llaria Allegrozzi, il n’y a pas eu de confrontation entre les séparatistes et l’armée, encore moins d’explosion de containeurs de carburant. Le rapport qui sera publié cette semaine, apprend-on, sera plus explicite sur les raisons de cette infâme barbarie. « Les témoins nous ont rapporté que les militaires ont brûlé les corps des victimes à l’intérieur de leurs maisons et nous avons pu localiser les quatre maisons où les civils ont été tués et obtenir des images satellites prises avant et après l’attaque. Les images post-attaque montrent carrément des dommages qui sont compatibles avec les incendies et compatibles avec la version des témoins », assure llaria Allegrozzi. Chiffres contradictoires Depuis cette horrible tuerie, Désormais, l’Onu, les Ong, le pouvoir de Yaoundé et une partie de l’opposition semblent avoir enclenché une macabre guerre des chiffres sur le nombre de victimes. « Nous nous sommes entretenus avec des proches des victimes, des résidants qui ont procédé à l’enterrement des corps et qui ont confirmé de manière indépendante l’identité des victimes », indique la chercheuse senior. Ces mêmes sources, poursuit-elle, ont aussi rapporté combien de personnes ont été enterrées dans chaque tombe. « C’est comme ça que nous sommes arrivés au nombre de 21 civils tués dont 13 enfants et une femme enceinte », affirme-t-elle. Le ministère de la Défense avait pour sa part évoqué un « regrettable incident » qui aurait fait « 5 victimes, 1 femme et 4 enfants, bien loin de ce qui a été relayé par les réseaux sociaux ». Pour l’ancienne chercheuse d’Amnesty International, il n’en est rien. « Ce n’est pas un accident ». La chercheuse a terminé son propos en invitant à une enquête indépendante pour que la lumière soit faite sur ces massacres, et que les responsables soient traduits en justice. Signalons que le président français Emmanuel Macron a qualifié de « violations des droits de l’homme intolérables » ce massacre du 14 février. Il a également déclaré vouloir « mettre la pression » sur le président Paul Biya. « Je vais appeler la semaine prochaine le président Paul Biya et on mettra le maximum de pression pour que la situation cesse », a expliqué le chef de l’État français en marge d’une visite au Salon de l’agriculture à Paris, alors qu’il était interpellé par Abdoulaye Thiam, alias « Colibri Calibro », activiste camerounais

Website to visit

Social

  • Mobile Apps