[NOSO] Ce vendredi 1er octobre pourrait être agité au Cameroun

Les soldats camerounais se préparent encore à des combats. Ce vendredi 1er octobre au Cameroun marque la date de naissance du Cameroun dans sa forme actuelle (1961). Mais également la proclamation de l’indépendance de l’Ambazonie, en 2017. Une République non reconnue, déclarée dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par les sécessionnistes anglophones. Ces indépendantistes avaient prévu des festivités pour ce vendredi mais celles-ci ont été interdites par le pouvoir central. Un nouvel épisode dans la crise anglophone qui dure maintenant depuis cinq ans. « Ce 1er octobre, les soldats réguliers camerounais se préparent encore à des combats. D’autres ont déjà fait de nombreux morts ces deux dernières semaines. Le pouvoir central promet des sanctions en cas de non-respect des mesures d’interdiction ce vendredi », écrivent nos confrères de la Deutsch Welle. En effet, c’est en octobre 2016 que la crise anglophone a débuté. Des manifestations avaient éclaté pour demander le respect de la langue anglaise dans l’administration, le système judiciaire, l’éducation ou encore la santé. Malheureusement, le gouvernement central fait la sourde oreille face à la grogne des anglophones. En décembre de la même année, des premiers indépendantistes sont tués à Bamenda. Une offensive est même lancée sur la ville début 2017. Le « grand dialogue national » Les séparatistes déclarent l’Ambazonie indépendante le 1er octobre. Et depuis ce jour, les choses se sont progressivement dégradées. Le président Paul Biya, réélu en 2018, n’a jamais réussi à régler le problème, malgré la tenue du « grand dialogue national » de 2019. Le pouvoir central, tout comme les indépendantistes, sont fréquemment accusés de crimes contre les civils. A cela se sont ajoutés les activités et crimes de Boko Haram. La secte islamique opère dans le nord du Cameroun.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps