[NOSO ] capturé par les habitants,un général ambazonien remis aux gendarmes à kumba

Derrick Forchap alias «General Armoured Car» soupçonné d'être fidèle au mouvement armé de l'indépendance d'un État dissident appelé Ambazonia est désormais entre les mains des forces de sécurité. Des sources ouvertes indiquent que le membre du groupe armé non étatique a été attrapé le 5 avril 2020 par une foule en colère dans le quartier de Bonakama dans la subdivision Kumba I, division Meme, puis remis à des éléments de la gendarmerie nationale à Buea-Raod Kumba. Le dit Derrick Forchap alias «General Armoured Car» du village de Malende dans la subdivision Kumba III aurait terrorisé la population locale, ce qui a conduit à sa capture. Avant d'être remis aux gendarmes, le soi-disant «général» a révélé qu'il était à Bonakama pour empêcher les propriétaires de bars de vendre les produits des Brassaries du Cameroun. Il a déclaré qu'en tant que «général Amba», il avait reçu l'ordre d'un des militants séparatistes à l'étranger de faire une enquête sur le nombre de propriétaires de bars vendant les produits qui, selon lui, étaient depuis longtemps déclarés contrebande dans la région. Interrogé sur le fait qu'il ait tué un individu dans le cadre de sa mission, il a raconté que l'histoire était longue parce qu'il ne se souvenait pas vraiment du nombre de civils et de `` militaires '' dont il avait emporté la vie. "J'ai été mis en place par l'un des gars du coin, alors s'il vous plaît, ne permettez pas aux militaires de m'emmener car ils me tueront", aurait déclaré le général au jeune furieux de Bonakama alors qu'il voyait ce que les passants disent être "les larmes du crocodile." Il convient de rappeler que le quartier Bonakama de Kumba compte l'un des meilleurs groupes de vigilance de la ville. Le quartier entre dans les archives comme ayant arrêté de nombreux «garçons Amba» et les jeunes sont très collaboratifs. La vie dans la région se déroule sans heurts car ils ont prêté serment d'éliminer tout «élément Amba» suspecté. Les avocats de common law au Cameroun ont déclenché une grève en octobre 2016 pour protester contre les tentatives du gouvernement d'annihiler la pratique de la common law dans un Cameroun constitutionnellement bilingue et bi-jurural. La grève a duré plus d'un an. Les enseignants anglophones du pays ont rejoint la grève le 21 novembre 2016 pour défendre les valeurs anglo-saxonnes menacées dans les deux régions anglophones du Cameroun. Le même jour, Mancho Bibixy a organisé une révolution de cercueil à Liberty Square à Bamenda pour protester contre la marginalisation et la privation économique des anglophones. Les choses ont atteint leur paroxysme jeudi 8 décembre lorsque la population de Bamenda est descendue dans la rue pour dénoncer la politisation d'une grève qu'elle considère comme authentique et portée par des griefs de longue date. Des jours de ville fantôme ont depuis été observés dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du pays. Le 17 janvier 2017, l'avocat Nkongo Felix Agbor Balla et le Dr Fontem Neba, dirigeants du Consortium de la société civile anglophone du Cameroun (CACSC) ont été arrêtés quelques instants après l'interdiction du consortium avec le SCNC. Le même jour, Internet a été coupé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La barrière des arrestations était donc ouverte avec l'arrestation de Mancho Bibixy le 19 janvier 2017. La journaliste Atia Tilarious Azohnwi, Hans Achomba, Godden Zama, Penn Terence et des centaines d'autres anglophones seraient ensuite arrêtés et transportés vers des centres de détention à Yaoundé. Sisiku Ayuk Tabe, président de l'État autoproclamé d'Ambazonie a été arrêté au Nigéria le 5 janvier 2018 avec neuf autres membres de son cabinet, dont Tassang Wilfred, Nfor Ngala Nfor et barreau Eyambe Ebai avec le corporatiste d'avocats, d'enseignants et de civils la société exige de se transformer en conflit armé fin 2017. Alors que des centaines de personnes arrêtées ont été libérées dans le cadre de mesures d'apaisement, de nombreux combattants séparatistes ont été timides pour déposer leurs armes et rejoindre leurs pairs à la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réintégration des ex-combattants séparatistes et des militants repentis de Boko Haram. Les recommandations du grand dialogue national de l'an dernier sont actuellement mises en œuvre, car l'espoir d'un retour à la paix et à la normalité demeure vivant. Paul Tasong et Donatus Njong ont récemment été chargés par le Premier ministre de défendre la reconstruction de la crise qui a frappé les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Les opinions exprimées par l'auteur de cet article ne

Website to visit

Social

  • Mobile Apps