Me Michèle Ndoki :L'avocate qui plaide contre le Hold-Up électoral.

Militante du Mrc, elle s’est révélée au public pendant le processus électoral de par ses actions étincelantes. Le 06 novembre dernier, Me Michèle Sonia Martine Ndoki, avocate au barreau du Cameroun aurait eu une occasion supplémentaire d’expliquer devant le Tribunal de première instance de Douala-Bonanjo, les raisons qui l’ont poussé à initier et à conduire une série de manifestations intitulées « Non au Hold-up électoral » le 27 octobre dernier dans la capitale économique. Ceci, suite à la plainte formulée contre elle par le procureur de la République. Il faudra encore attendre jusqu’au 04 décembre prochain, date à laquelle a été renvoyé l’ouverture du procès. En effet, l’avocate a du mal à digérer le verdict rendu le 22 octobre dernier par le Conseil constitutionnel ; lequel a déclaré le candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), Paul Biya, vainqueur de la présidentielle du 07 octobre dernier avec « 71,28% » pour « 2.521.934 » suffrages exprimés en sa faveur. « Je me sens peinée et affligée. Ce sont des mots que j’utilise le plus pour décrire mon état d’esprit depuis la proclamation de ces résultats. L'info claire et nette. Affligée parce que cela veut dire que le peuple camerounais n’a pas pu être plus entendu par le Conseil constitutionnel, qu’il ne l’avait été par les commissions nationales et départementales de recensement de votes, qu’il ne l’avait été par la police, qu’il ne l’avait été par les juges. C’est un sentiment d’affliction », laisse entendre l’avocate.

Social

  • Mobile App