Lutte contre le terrorisme:Les magistrats veulent des rudiments

Pour plus d’efficacité et de justice dans les tribunaux, les magistrats et les autorités administratives ont besoin de rudiments. Pour disposer des prérequis en la matière, une quinzaine de participants a achevé une séance de formation sur le terrorisme et la bonne gouvernance le 30 novembre dernier à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature. Une cérémonie présidée par le directeur général Linus Toussaint Mendjana. C’était dans le cadre de la coopération entre l’ENAM et le Global Center On Cooperative Security avec pour thème : « Bonne gouvernance et lutte contre le terrorisme ». Pendant quatre jours, il a été question de leur inculquer des savoirs, savoir-faire et des savoir-être qui répondent aux exigences indispensables à ces maillons de la chaîne de lutte contre l’extrémisme violent. L’objectif étant de les doter de compétences et de les aider à comprendre le profil du terrorisme au Cameroun, les cadres juridiques applicables et les considérations de procédure régulière qui découlent des enquêtes et jugements dans les affaires de terrorisme dans la région de l’Extrême-Nord. Le tout fondé sur le respect des droits de l’Homme et la primauté du droit. A présent, les facettes du terrorisme au Cameroun et l’hétérogénéité du cadre juridique relatif à la prévention et à la répression du terrorisme ne sont plus de vains mots.

Social

  • Mobile App