Les camerounais s'indignent de la volte-face de la CAF

L’annonce du retrait de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun constitue pour les populations de la région du Sud une pilule amère à avaler. Comme une traînée de poudre à travers les fora, les médias locaux, nationaux et internationaux, les populations se sont passées la triste information. Du coup l’animosité, la surprise et l’amertume se sont installées. Comme s’ils s’étaient passé le mot, tous en parlent en termes de cabale contre le Cameroun. Pour Daniel Elom, acteur de la société civile, “nous sommes tous dans le regret par rapport à cette situation. Je crois que c’est une décision arbitraire et très subjective”, déclare-t-il très furieux. Dans les différentes réactions recueillies les camerounais attribuent cette situation au laxisme des autorités camerounaises. Selon Farhid Ella, journaliste à la Radio Communautaire de Développement de la Mvila (RCDM), “parlons peu mais parlons vrai. Sincèrement qui est surpris par ce retrait de la CAN au Cameroun. On la voulait ardemment, mais regardez le degré d’impréparation. Alors personne n’est dupe”. Même son de cloche pour Belines habitante de la ville d’Ebolowa. “Toujours à accuser les autres, nous sommes incompétents, il faut l’avouer. Les stades sont où. L’incompétence et la corruption ont atteint les sommets les plus inimaginables. Voilà les résultats. Le mensonge produit les fleurs mais jamais des fruits”, s’indigne-t-elle. Un vrai coup de tonnerre dans la région du Sud qu’apprécie à sa juste valeur Steve Ondoua, observateur de football: “je suis soulagé. J’étais très inquiet pour les préparatifs. Le niveau et l’évolution n’étaient pas rassurants. On courait vers une CAN au rabais. Le Président de la CAF nous a sauvé d’une honte mondiale”. La région du Sud porte le “deuil”. En attendant que quelque chose soit fait pour tranquilliser et rassurer les populations, la région du Sud prend acte et saura tirer les leçons de cette situation.

Social

  • Mobile App